Nénufar veut démocratiser la méthanisation

Print Friendly, PDF & Email
Nénufar
(Crédit : Nénufar)

Transformer les fosses à lisier en unités d’autoproduction d’énergie : c’est le pari de la start-up francilienne Nénufar, qui a remporté, le 6 octobre, la compétition de start-up 2015 de Climate-KIC France* grâce à une solution simple mais innovante.

Implantée à Orsay (Essonne), la société a été créée ...

fin 2013 par Jeoffrey Moncorger et Remy Engel, deux jeunes diplômés d’AgroParisTech. Lors de leurs pérégrinations dans le monde agricole, ils avaient remarqué que les fosses à lisier sont souvent recouvertes de bâches, sans aucune récupération du biogaz qui s’en dégage naturellement. Ils ont donc conçu un dispositif breveté avec une membrane flottante, qui s’adapte à toutes les géométries de fosses. Leur bâche est totalement étanche pour capter et valoriser le biogaz, qui peut être acheminé vers les bâtiments pour produire de la chaleur par combustion. De quoi se substituer aux énergies fossiles et réduire la facture d’énergie des exploitations agricoles.

nenufar 2

Sur le plan environnemental, le système offre les mêmes avantages qu’une couverture classique de fosse : élimination des odeurs, évacuation des eaux de pluie et diminution de la quantité de lisier à épandre.

Une solution low cost

Nénufar cible les installations de taille moyenne. Son atout ? Un dispositif relativement bon marché, nécessitant une mise initiale de 75 000 euros avec un retour sur investissement au bout de 8 ans. Même si cela peut sembler encore élevé pour beaucoup d’agriculteurs, c’est nettement moins cher qu’une unité classique de méthanisation. La société a quelques concurrents, notamment en Italie et au Canada. « Mais nous avons un avantage : notre membrane est la seule à s’adapter aux installations neuves ou existantes », indique Jeoffrey Moncorger.

En 2014, Nénufar a installé une première couverture à la ferme expérimentale de Grignon ParisTech. Une deuxième couverture a été réalisée durant l’été en Bretagne, et une troisième est prévue d’ici à la fin de l’année. « Nous visons une trentaine d’unités en 2017 », précise Jeoffrey Moncorger. La jeune pousse engrange déjà des revenus et est proche de l’équilibre. Elle ambitionne de réaliser entre 2 et 3 M€ de chiffre d’affaires en 2017.

Pour se professionnaliser, elle vient de boucler une première levée de fonds, d’un montant confidentiel, auprès d’une PME des énergies renouvelables et prévoit un deuxième tour d’ici à deux ans.

Nombreux soutiens

Lauréate de plusieurs prix, Nénufar est accompagnée par Incuballiance, l’incubateur technologique de la région Île-de-France et a intégré le programme d’accélération de Climate-KIC en janvier 2015. Elle a aussi bénéficié du soutien de Scientipôle Initiative et Bpifrance.

Après sa victoire dans la compétition française le 6 octobre, qui lui a permis de gagner un prix de 20 000 euros, Nénufar participera les 28 et 29 octobre prochains à la finale européenne des start-up Climate-KIC lors du festival de l’innovation, à Birmingham (Royaume-Uni).

*: Climate-KIC (Knowledge and innovation community) est l’une des premières KIC créées par l’European Institute of Technology (EIT) en 2010. Centrée sur la thématique du climat (lutte contre le réchauffement et adaptation), elle est implantée dans différents pays européens, dont la France. Elle organise chaque année une compétition européenne de start-up.