Apex Energies cible les nouveaux besoins du marché de l’énergie

Print Friendly, PDF & Email
apex
(Crédit : Apex Energies)

C’est une première acquisition qui en annonce d’autres : le fournisseur d’énergie verte Apex Energies (ex BP Solar) acquiert S4E (ex Soft4Energy), éditeur d’une solution logicielle de monitoring et pilotage des centrales solaires. Et il travaille sur d’autres projets innovants, bien décidé à se placer au centre d’un éco-système de start-up sur le marché en pleine mutation de l’énergie.

Une nouvelle brique technologique

Apex Energies [am4show have=’g1;g2;g4′ user_error=’Please_Upgrade’ guest_error=’Please_Subscribe’]affiche un portefeuille photovoltaïque en exploitation de 22 MW, dont 12 détenus en propre. Jusqu’à présent, la société montpelliéraine était positionnée sur une grande partie de la chaîne de valeur, du développement des centrales à leur exploitation en passant par le financement, la construction et la maintenance. En 2014, elle avait repris un portefeuille de centrales en exploitation en Italie et envisageait alors d’autres acquisitions similaires. Une stratégie qui a depuis évolué. « Le marché PV change très vite : le cadre réglementaire bouge, certaines PME se lancent dans la course à la taille avec de grands projets de centrales et des acquisitions de portefeuilles. Nous avons fait un autre choix et voulons devenir avant tout une société innovante pour anticiper les évolutions du secteur de l’énergie », indique David Emsellem, directeur Business Développement d’Apex Energies, en charge des projets de croissance et d’acquisition.

Une décision qui trouve sa première traduction concrète avec le rachat – pour un montant confidentiel – de S4E, entreprise basée à Lorient qui a développé depuis cinq ans une technologie M2M permettant d’optimiser le suivi et le pilotage des installations solaires. « A l’inverse de beaucoup de logiciels qui ont ajouté une fonction de monitoring solaire, la solution de S4E a été conçue dès le départ pour le photovoltaïque : elle est beaucoup plus adaptée en termes d’ergonomie, de visibilité des données remontées… Les analyses sont plus pointues, ce qui facilite le diagnostic à distance en cas de défaillance d’un composant et donc l’opération de maintenance sur place », poursuit David Emsellem. Apex Energies va bien sûr adopter le logiciel PVSoft de S4E pour son propre parc, tout en le proposant à d’autres acteurs. Outre la technologie et les clients, elle reprend la petite équipe de 3 personnes de la jeune société de Lorient.

Au-delà du monitoring et de l’envoi d’alertes, la solution de S4E va être développée pour proposer de nouveaux services à forte valeur ajoutée. « Il y a un potentiel important dans le pilotage à distance pour les centrales PV dotées de capacités de stockage, notamment dans les Dom où nous sommes présents et où nous allons proposer des projets dans le cadre de l’appel d’offres en cours CRE ZNI*. L’enjeu de l’interconnectivité de la centrale de production avec le réseau est capital », précise David Emsellem.

D’autres opérations de croissance externe d’ici à 2020

Le stockage fait partie des nouveaux domaines explorés par Apex Energies. « Nous faisons beaucoup de veille, regardons les différentes technologies mais aussi les acteurs, confie le directeur Business Developpement. Même si le business model est encore incertain, c’est maintenant qu’il faut y aller ». L’entreprise s’intéresse aussi au biométhane et travaille sur un projet de recherche dans le cadre d’un consortium aux côtés de groupes industriels.

Pour se développer dans ces domaines innovants, Apex Energies est à l’affût de partenaires et compte faire différentes opérations de croissance externe d’ici à 2020. D’autres formes de rapprochement pourraient être envisagées. « Le marché va très vite, il faut savoir évoluer rapidement », insiste David Emsellem.

Apex Energies a réalisé un chiffre d’affaires de 4,1 M€ en 2014 et affichait 7,7 M€ de fonds propres. En 2015, elle anticipe un CA de 6,1 M€ pour un effectif de 28 collaborateurs.

*: Appel d’offres portant sur la réalisation et l’exploitation d’installations de production d’électricité à partir de techniques de conversion du rayonnement solaire d’une puissance supérieure à 100 kWc et situées dans les zones non interconnectées. La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 20 novembre 2015.[/restrict-content]