No go probable pour le parc offshore de Navitus Bay (EDF Energy)

Print Friendly, PDF & Email

wind-offshore-haliade-belwind-2Dans le sud de l’Angleterre, le projet Navitus Bay a du plomb dans l’aile ou plutôt dans les pales. Développé par EDF Energy et Eneco (le premier ayant racheté 50% des parts du second en 2012), il vise à installer 121 éoliennes offshore (près de 1 GW) à une dizaine de kilomètres de la côte du Dorset, près de l’Ile de Wight. Selon le Daily Telegraph, la décision ministérielle devrait être prise vendredi 11 septembre et serait défavorable.

Craintes sur le tourisme

Le littoral du Dorset et de l’est du Devon (surnommé la Côte jurassique) appartient au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2001. Les opposants au projet craignent que l’implantation des éoliennes fasse sortir la région de la liste et réduisent le tourisme. Fait exceptionnel et jusqu’à maintenant secret, le Planning Inspectorate, l’autorité indépendante chargée de l’évaluation des projets d’infrastructures au Royaume-Uni, a émis un avis négatif, ce qu’il n’avait jamais fait pour les dix grands projets éoliens offshore déjà étudiés et autorisés.

EDF Energy et Eneco ont pour leur part mis en avant les retombées économiques locales du projet – un montant de 1,6 milliard de livres a notamment été avancé. Les développeurs ont également argumenté sur les 1 700 emplois créés pendant la construction. Devant l’opposition grandissante des habitants et de leurs représentants au Parlement, un plan B allégé, composé d’un nombre réduit de turbines, a été proposé. Apparemment, cela ne devrait pas suffire à infléchir la décision prise dans quatre jours par le gouvernement de David Cameron.