En Allemagne, le passage aux appels d’offres inquiète les acteurs de l’éolien offshore

Print Friendly, PDF & Email
Parc éolien de Butendiek (Crédit : Anne-Claire Poirier)
Parc éolien de Butendiek
(Crédit : Anne-Claire Poirier)

De l’autre côté du Rhin aussi, les énergies renouvelables quittent progressivement le cocon protecteur des prix garantis pour se frotter aux règles du marché, selon la feuille de route établie l’été dernier par la nouvelle loi sur les énergies renouvelables. Mais alors que la mise en place progressive d’un complément de rémunération se passe à peu près sans encombre dans l’éolien terrestre et le solaire, la généralisation des appels d’offres à partir de 2017 ne fait pas consensus. Dans le solaire, les deux premiers appels d’offres pilotes ont déjà permis de tirer les prix en-dessous de 85€/MWh. Mais c’est la filière de l’éolien offshore qui se montre particulièrement inquiète à la lecture des propositions gouvernementales, soumises à la consultation depuis cet été et jusqu’au 1er octobre prochain.

Une filière confiance et performante…

Le 8 septembre dernier, au centre des Congrès de Husum*, tout au nord de l’Allemagne, 300 invités assistaient à la cérémonie d’inauguration du parc éolien offshore de Butendiek, organisée par le producteur d’énergie éolienne WPD. Alors que le secteur profite d’une dynamique inédite outre-Rhin, avec 1700 MW installés au ...