1ere récolte pour les abeilles pollinisatrices d’Osmia

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Osmia)
(Crédit : Osmia)

Favoriser la pollinisation pour améliorer le rendement et la qualité des productions agricoles : c’est l’ambition d’Osmia, créée en 2014 à Agen (Lot-et-Garonne) par Thibaut Dancette et Franck Mariambourg. La société vient de boucler un premier tour de table ...

de 500 000 euros, auprès d’Emertec et des fonds régionaux Aquiti Gestion et Expanso Capital, la filiale investissement de la Caisse d’Epargne Aquitaine Poitou-Charentes. « Cette somme servira au déploiement géographique de l’entreprise, à l’amélioration de son savoir-faire et à la consolidation de sa propriété intellectuelle », indique Jean-Philippe Stefanini, membre du directoire d’Emertec, qui a bouclé ce deal initié par Franck Lamy, parti de la société de gestion durant l’été.

Osmia – qui est le nom scientifique de différentes espèces d’abeilles solitaires intervenant dans la pollinisation – a développé un process innovant : elle sélectionne et élève des abeilles pollinisatrices spécifiques à chaque culture (arbres fruitiers, semences, luzerne…) afin d’améliorer le rendement des parcelles. Selon les cultures, la performance peut gagner jusqu’à 30%. Mais ce n’est pas le seul intérêt. « Une bonne pollinisation joue aussi sur la qualité, par exemple sur le calibre des fruits », explique Franck Mariambourg, président de l’entreprise.

Un prix à l’hectare

Osmia a commencé la commercialisation auprès de producteurs de pommes et de poires du sud-ouest. La start-up propose des solutions clés en main : elle installe les abeilles sur les parcelles, avec le matériel nécessaire, au moment de la floraison et les récupère ensuite. Elle facture ses services avec un prix à l’hectare, en fonction des cultures.

En France, le marché de la pollinisation est de l’ordre de 500 M€, mais en fonction de l’élargissement à de nouvelles cultures, il se chiffrerait en milliards, selon la société, qui vise un CA de 150 000 à 200 000 euros cette année et 1 M€ en 2016. Une nouvelle levée de fonds est d’ores et déjà prévue d’ici à 24 mois pour accélérer le développement. Osmia prévoit d’ouvrir une dizaine de bases en France pour être au plus près de ses clients.