Obama présente un plan climat « clair et crédible », à quatre mois de la Cop21

Print Friendly, PDF & Email

obamaLe monde entier salue le plan américain pour une énergie propre – America’s Power Plan – présenté hier par Barack Obama. L’ONG internationale WWF parle d’un plan « clair et crédible », tandis que François Hollande a tenu à souligner le « courage » du président américain.

Et pour cause, les objectifs présentés pour verdir le mix électrique américain sont plus ambitieux que ceux présentés en juin 2014. D’ici à 2030, les États-Unis devront en effet réduire de 32% leurs émissions de gaz carboniques liées à la production d’électricité, sur la base de celles enregistrées en 2005. La précédente version visait une réduction de 30%.

Haro sur le charbon

Pour cela, des normes plus strictes encadreront ...

 les 1 200 centrales à charbon encore en service dans le pays. Les plus polluantes devront fermer, de sorte que le charbon passera de 39% du mix actuellement à 27% en 2030. Parallèlement, les énergies renouvelables seront encouragées afin d’atteindre 28% du mix électrique, au lieu de 22% initialement proposé. La part du gaz naturel dans la production d’électricité restera à 30% à l’horizon 2030. Le nucléaire présente quant à lui 20% de l’énergie produite aux États-Unis.

Le pays est le deuxième plus gros pollueur de la planète, derrière la Chine, avec environ 17 % des émissions mondiales de CO2.

Liberté de moyens

Le plan piloté par l’Agence de Protection de l’Environnement (EPA), se décline en objectifs, États par États. Ces derniers auront ensuite le choix des moyens pour les atteindre. Ils ont jusqu’en septembre 2016 pour soumettre leur plan d’action, avec la possibilité d’obtenir un délai de deux ans, pour une entrée en vigueur en 2022.

Cette flexibilité est censée apaiser le courroux des détracteurs du plan, qui dénoncent notamment l’interventionnisme de Washington dans les affaires des États. Mais pas sûr que cela suffise : certains groupes industriels et des États qui dépendent largement du charbon ont annoncé leur intention de contester ce plan en justice ainsi qu’au Congrès, où la majorité républicaine barre le chemin à de nombreuses mesures environnementales comme ce fut le cas pour le marché du carbone.

Et le reste ?

« Ce plan s’attaque aux centrales thermiques qui représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre aux États-Unis. On aimerait savoir quelle est l’ambition sur les 60% restants, que couvrent le chauffage, les transports… », a réagi le climatologue français Jean Jouzel, vice-président du GIEC, sur BFM.

« Notre ambition ne peut s’arrêter là. Les pays doivent encore rattraper le retard entre le niveau d’ambition de leurs contributions en vue de la COP21 et celui que les scientifiques préconisent pour éviter un dérèglement climatique hors de contrôle », a martelé de son côté Lou Leonard, vice-président en charge du Changement climatique au WWF US, dans un communiqué.

__________

Pour aller plus loin :

 

  • Consulter la présentation du Clean Power Plan, ci-dessous ou ici (PDF) :