Rapport Lepage : 100 propositions avec « un parti pris très EnR et changement énergétique »

Print Friendly, PDF & Email
Corinne Lepage. (Crédit : EJ)
Corinne Lepage. (Crédit : EJ)

Corinne Lepage, ex-ministre de l’Environnement de Jacques Chirac, remet ce lundi son rapport pour favoriser la transition vers une économie plus verte et durable à Ségolène Royal. Missionnée en janvier par la ministre de l’Ecologie, Corinne Lepage a travaillé avec des acteurs des énergies renouvelables comme Thierry Lepercq, PDG de Solairedirect, Daniel Zimmer, directeur innovation de Climate Kic, des journalistes et des associations.

L’ex-ministre préconise 5 mesures structurelles pour mettre l’économie au service de l’environnement : créer une marque pour fédérer, qui pourrait se nommer France Terre d’Avenir, développer une cartographie numérique des acteurs pour favoriser les synergies (via le site adnmonde.fr), construire une sorte de Medef vert, baptisé mouvement des entreprises pour la nouvelle économie (Mene), créer un institut de la transition et mettre en place un fonds de remédiation. Ces mesures sont déclinées à travers 100 propositions. Corinne Lepage explique à GreenUnivers les ambitions de ce rapport.

GreenUnivers : Après ses 6 mois de travail, quel est votre constat sur la nouvelle économie ? Quels sont les obstacles que rencontrent les acteurs ?

Corinne Lepage : Nous avons constaté que la France regorge de belles réussites, tant au niveau des start-up, des entreprises bien installées que sur le plan citoyen mais, on n’arrive pas à changer d’échelle. Il existe deux types d’obstacles, systémiques et spécifiques. Sur le plan des obstacles systémiques, l’Etat n’a aucune confiance dans la société, il y a une approche frileuse de l’innovation, le modèle entrepreneurial dominant n’évolue pas et il y a des soucis dans l’organisation de la recherche scientifique.

Ensuite, les obstacles spécifiques ...