EnR : la ruée des investisseurs, un eldorado éphémère ? [2/4]

Print Friendly, PDF & Email
Le parc de Chermisey. (Crédit : P&T Technologies)
Le parc de Chermisey. (Crédit : P&T Technologies)

A quelques jours de sa conférence annuelle sur le financement des projets d’énergies renouvelables, en partenariat avec le Syndicat des énergies renouvelables, GreenUnivers publie un dossier en quatre volets sur ce sujet. Après l’impact de la fin des tarifs d’achat sur le financement des projets, voici la deuxième partie consacrée au rush des investisseurs sur les renouvelables, à l’impact sur les prix des actifs et aux attentes concernant la Programmation pluriannuelle de l’énergie.

Le rush des investisseurs

Assureurs, réassureurs, fonds de pension, caisses de retraite, family offices, fonds souverains, utilities : tous investissent dans les énergies renouvelables. «  En 2008, alors que nous promettions des TRI de 12%, il n’était pas toujours facile de lever des fonds, sauf auprès des fonds Infrastructures qui étaient presque surpris par les rendements élevés. Aujourd’hui, les TRI sont moins généreux mais entre temps, les taux des emprunts d’Etat se sont effondrés. Les investisseurs institutionnels sont donc restés et ont fait des EnR une classe d’actifs conventionnelle », explique Guy Auger, ...