La Nouvelle France industrielle regroupée sous 10 bannières

Print Friendly, PDF & Email
industrie du futur-in
La phase 2 de la Nouvelle France industrielle : 9 solutions industrielles et une matrice

Emmanuel Macron a choisi l’École des mines de Nantes pour lancer officiellement la deuxième phase de la « Nouvelle France industrielle », initiée en septembre 2013 par l’ex-ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg. Les 34 plans, passés à la moulinette depuis décembre dernier, n’en font plus que 10 à partir d’aujourd’hui. Dans les faits, seuls trois plans sont réellement écartés, les autres sont regroupés en neuf « solutions industrielles ». L’ex plan « industrie du futur » est promu « matrice » de la nouvelle « Nouvelle France industrielle » (voir schéma ci-contre).

Les énergies renouvelables reprises dans le CSF éco-Industries

Sur les 34 projets initiaux, trois ont donc été sortis à l’issue d’un passage en revue qui aura duré près de six mois : les plans drones civils, e-éducation et énergies renouvelables ont en effet été jugés redondants avec d’autres programmes du gouvernement, avec qui ils seront fusionnés.

Ainsi, le plan énergies renouvelables dont Jean-Claude Andréini était le chef de file, se retrouve fondu au sein du Comité stratégique de filière Éco-Industries, dont le vice-président est… Jean-Claude Andréini (lire son interview ici). Le groupe de travail Production d’énergies renouvelables, présidé par Jean-Louis Bal, président du SER, sera chargé de sa mise en oeuvre. « L’enveloppe consacrée à ce plan au sein du programme d’investissement d’avenir est entièrement préservée », précise Bercy.

Les 9 nouvelles « solutions industrielles »

Les 31 autres plans sont rassemblés en neuf « solutions industrielles » : nouvelles ressources, mobilité écologiques, ville durable, objets intelligents, etc. Emmanuel Macron tire en effet un bilan plutôt positif de la première année du programme. Selon Le Monde, « plus de 330 projets concrets ont été lancés. Ils représentent à terme des investissements de 3,7 milliards d’euros, dont 1,5 milliard provenant de subventions d’État ». Les anciens chefs de file de chaque plan président désormais collectivement les nouvelles « solutions ». Seul l’ancien plan « Industrie du futur »promu matrice de l’ensemble sera doté d’un comité de pilotage présidé par Emmanuel Macron.

  • Consulter la présentation des nouvelles solutions industrielles ci-dessous ou ici (PDF) :