La Turquie va de l’avant dans les EnR

Print Friendly, PDF & Email
La Turquie a dépassé les 3,5 GW de capacité éolienne installée en 2014, selon le ministre turc de l'Energie. (Crédit : EBRD)
La Turquie a dépassé les 3,5 GW de capacité éolienne installée en 2014 (Crédit : EBRD)

La Turquie s’ouvre un peu plus aux énergies renouvelables. Avec le soutien de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd), le pays développe son premier plan d’action national pour les énergies renouvelables. Il s’est engagé à ce que 30% de son mix énergétique soit issu des énergies renouvelables d’ici à 2023. Il vise maintenant 5 GW de solaire, au lieu de 3 GW annoncés précédemment, 20 GW d’éolien,   ...

34 GW d’hydroélectricité et 1 GW de géothermie ainsi que de biomasse.

Des mesures à prendre pour les EnR

Avec l’aide de la Berd, la Turquie identifie les mesures à prendre pour promouvoir les EnR : création de mécanismes de soutien pour les projets, amélioration de l’interconnexion des réseaux, mise en place d’un cadre législatif plus favorable.

Malgré son potentiel dans l’éolien et le solaire, le pays n’est pas en avance dans le développement des EnR. En 2013, selon les dernières données disponibles, il dépendait en effet à 60% des énergies fossiles. Hors hydroélectricité (35%), les énergies renouvelables contribuaient à hauteur de 5% seulement du mix énergétique.

Le vent fort de l’éolien

L’éolien est pour l’instant l’énergie renouvelable la plus prisée. Fin 2014, le ministre turc de l’Energie déclarait que plus de 3,5 GW de capacité éolienne était installée. Des entreprises françaises comme EDF EN (avec 506 MW installés), Akuo (avec un parc de 77 MW en financement) ou le turbinier Alstom (avec un portefeuille de 36 MW installés ou en cours) y sont actives dans le secteur.

Mais, l’Union européenne n’est pas la seule à pousser les portes de ce marché : les Etats-Unis et la Turquie ont ainsi signé en novembre un Memorandum of Understanding (MoU) sur la coopération des deux pays pour stimuler le secteur éolien turc. Cet accord prévoit, notamment, la construction en Turquie d’une usine de turbines d’une capacité de 3 GW avec un investissement de plus de 500 millions de dollars (402 M€).

  • Consulter le plan d’action national pour les énergies renouvelables, établi avec la Berd (ou ici en PDF) :