Revue du Green Business : Vincent Industrie, RTE, SunEdison, REC Solar, EDF, Siemens, économie circulaire…

Print Friendly, PDF & Email
  • Revue green businessLes rendez-vous de la semaine :

Le salon Pollutec tient son édition lyonnaise du 2 au 5 décembre, avec l’événement LeCleantech les 3 et 4.

Les assises de l’économie de la mer se déroulent les 2 et 3 à Nantes et Saint-Nazaire, où Alstom inaugure son usine éolienne offshore.

Les 15e rencontres parlementaires de l’énergie ont lieu le 2 décembre, à Paris.

A l’international, Lima accueille la 20e conférence sur la climat de l’ONU jusqu’au 12 décembre.

A noter également, l’European Electric Vehicle Congress du 2 au 5, à Bruxelles.

  • Le résumé de la semaine passée :

En France, alors que l’appel d’offres solaire CRE 3 pour les grandes puissances a été lancé, le solaire et l’éolien retrouvent enfin le chemin de la croissance, mais une croissance encore fragile selon le premier bilan du Commissariat général au développement durable pour le 3e trimestre 2014. Des entreprises en profitent néanmoins, comme Vincent Industrie et le bureau d’études Méthode Carré. Dans l’éolien, les premières turbines terrestres chinoises arrivent dans l’Hexagone, les règles sur les radars s’affinent et le calendrier du 3e round offshore se précise.

Côté efficacité énergétique, l’entrée en vigueur de l’audit énergétique pour les entreprises de plus de 250 salariés devrait booster le marché, et RTE active son dispositif hivernal EcoWatt.

Les investisseurs jouent la carte de l’économie circulaire, avec des levées de fonds pour Cler Verts et Guyot Environnement.

A l’international, le solaire offre toujours un véritable festival, avec une première usine de modules dans les tuyaux en Egypte, de grands projets au Nigéria, au Mexique et au Brésil, où le champion américain SunEdison s’implante en force. Mais un autre américain SunPower, filiale de Total, réduit lui la voilure en Europe. Et REC Solar passe sous pavillon chinois.

La Turquie mise sur l’éolien terrestre, avec le soutien intéressé des Etats-Unis, et EDF avance ses pions dans l’offshore aux Etats-Unis.

L’allemand Siemens renonce, lui aux énergies marines après s’être déjà retiré du solaire.