Les green bonds sont-ils suffisamment encadrés ? [2/3]

Print Friendly, PDF & Email
Tanguy Claquin
Tanguy Claquin

Entretien avec Tanguy Claquin, responsable sustainable banking chez Crédit Agricole CIB –

Tombées entre les mains des entreprises il y a deux ans, les green bonds – ou obligations vertes – se répandent aujourd’hui comme une traînée de poudre, en France tout particulièrement. Ces obligations, dont les fonds levés sont orientés vers des projets « verts », leur permettent de diversifier leurs investisseurs tout en surfant sur le capital sympathie – et médiatique – de cet adjectif. Ici et là, les accusations de greenwashing resurgissent cependant et l’attribution, le mois dernier, d’un prix Pinocchio à l’obligation verte de GDF Suez, par la fédération des Amis de la Terre France et le Centre de recherche et d’information pour le développement, a jeté le trouble sur le caractère contraignant de cet outil. GreenUnivers a fait le point avec l’un des spécialistes français des green bonds.

Consultez aussi les autres volets de notre dossier spécial green bonds :

GreenUnivers : Qu’est-ce qu’un green bond exactement ? Et qu’est ce qui le différencie d’un climate bond ou d’un sustainable bond ?

Tanguy Claquin : Pour faire court, ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.