[Exclusif] Easybike finalise le rachat de Matra, soutenue par Aster Capital et Sigma Gestion

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Easybike)
(Crédit : Easybike)

Après s’être emparée en septembre 2013 de l’emblématique Solex, puis des vélos pliants de Mobiky, la dynamique PME du Bourget s’offre le fabricant de vélos électriques Matra, en vente depuis cet été. Easybike était entrée, début septembre, en négociations exclusives avec le groupe Lagardère pour la reprise de l’activité. L’opération a été finalisée mardi 16 décembre et est adossée à une nouvelle levée de fonds d’Easybike de 7,5 millions d’euros auprès d’Aster Capital et de Sigma Gestion.

Le petit rachète le gros

Créée en 2005 par Grégory Trébaol, Easybike est ...

 historiquement spécialisée dans la fabrication de vélos à assistance électrique. Mais la PME est engagée depuis quelques années dans une politique dynamique de croissance externe et de diversification de son catalogue. Son rachat, en septembre 2013, des cyclomoteurs Solex lui avait valu la visite d’Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif, et le soutien financier de l’État à travers une aide à la réindustrialisation de 1,3 million de Bpifrance. La fabrication des nouveaux Solex électriques – environ 20 000 par an –, jusqu’à présent réalisée en Chine est progressivement rapatriée en France, à Saint-Lô (Manche), dans la petite usine de Mobiky, entrée peu après dans le giron d’Easybike.

A la veille de son dixième anniversaire, Easybike s’attaque aujourd’hui à plus gros qu’elle. De 34 collaborateurs pour un chiffre d’affaires 2013 de 14 millions d’euros, le petit groupe passera bientôt à 45 personnes pour un chiffre d’affaires annuel de plus de 30 millions d’euros.

Transfert de la production

Easybike, qui prévoyait initialement de préserver 50 postes sur 90 chez Matra, n’en garde finalement que 10 et transférera la production, actuellement localisée à Romorantin (Loir-et-Cher), vers sa nouvelle usine en cours de construction à Saint-Lô. Le chantier a démarré cet été, soutenu à hauteur de 2,5 millions d’euros par l’agglomération de Saint-Lô. Il devrait s’achever mi-2015. L’usine aura une capacité d’assemblage de 40 000 à 60 000 vélos.

La levée de fonds réalisée auprès d’Aster Capital et Sigma Gestion doit permettre d’assurer la montée en puissance d’Easybike. La PME a déjà réalisé deux levées de fonds, dont la dernière en 2011, pour 1,5 million d’euros, a été abondée par Sigma Gestion.

Aster Capital se tourne vers la smart city

Cette fois-ci, Aster Capital mène le tour dans le but d’aider la société à étendre son réseau de revendeurs. Les produits Easybike sont déjà vendus au Royaume-Uni, en Italie, en Espagne et en Australie, mais Aster Capital souhaite densifier ce réseau.

Le deuxième fonds d’Aster Capital, sponsorisé par Alstom, Rhodia, Schneider Electric et le FEI, n’avait pas investi dans une société BtoC depuis OptiRéno en 2010. Mais « le fonds à vocation à se tourner de plus en plus vers les thématiques liées à la smart city, qu’Alstom et Schneider explorent déjà beaucoup », explique Jean-Marc Bally, le président du fonds.

Les investissements d’Aster Capital 2

Depuis sa création en 2000, le fonds de capital-risque muticorporate a réalisé plus de 35 investissements dans les domaines de l’énergie et de l’efficacité énergétique. Il est déjà sorti d’une dizaine d’entreprises. Son nouveau fonds, soutenu par le FEI, compte 13 sociétés dans son portefeuille.

Investissement Année
 Easybike 2014
Digital Lumens (USA) – Eclairage LED 2014
Avantium (NL) – Chimie verte 2014
The CoSMo Company (FR) – Ville durable 2014
Iceotope (UK)- Green IT 2014
BuildingIQ (AUS)- Efficacité énergétique 2013
Fiberio (USA) – Nanofibres 2013
BuildingIQ (AUS) – IT for green 2013
Atlantium (IL) – Traitement de l’eau 2013
Etogas (DE)- Stockage d’énergie 2012
Lucibel (FR) – Eclairage LED 2012
Ecofactor (USA) – Efficacité énergétique 2012
Ioxus (USA) – Stockage – Batteries 2011
Optiréno (FR) – Rénovation bâtiment 2010