“Bourse et cleantech : le début d’une longue histoire” [1/5]

Print Friendly, PDF & Email

Suite du compte-rendu de la conférence GreenUnivers du 14 octobre 2014 – 

Eric-Forest
Eric Forest

Analyse d’Eric Forest, PDG d’EnterNext –

Le printemps des IPO qui a réveillé la Bourse de Paris au 1er semestre n’a pas échappé aux entreprises des cleantech, dont plusieurs d’entre elles ont saisi l’opportunité pour faire leur introduction sur les marchés : McPhy en mars, Innoveox et Fermentalg en avril, ou encore Lucibel en juillet. Des pépites qui, selon Eric Forest, ouvrent la voie à une longue série d’autres (sous réserve d’éclaircie boursière après la dégringolade des dernières semaines !).

Cercle vertueux

Certes, l’IPO ...

est encore très minoritaire parmi les moyens de financement des cleantech, mais « nous sommes au début d’une longue histoire, le développement de ces secteurs est encore devant nous », insiste Eric Forest.

« De plus en plus de sociétés cleantech s’introduisent en Bourse, ce qui augmente l’intérêt des investisseurs et on peut déjà constater une grande diversité dans les entreprises qui sont cotées, que ce soit en termes de taille ou de domaine d’activité », poursuit-il.

34 cleantech tricolores cotées en Bourse

34 entreprises françaises des cleantech sont aujourd’hui en Bourse représentant un peu moins de 4 milliards d’euros de capitalisation. Une trentaine d’entre elle sont des PME/ETI.

Salle-2

Les choses se sont accélérées depuis le printemps 2013. « Nous avons recensé neuf entrées en Bourse dans le domaine des cleantech depuis la création d’EnterNext en mai 2013 », indique Eric Forest. Sur-souscrites à chaque fois, elles ont suscité un fort intérêt des investisseurs, et notamment des individuels. “Les trois IPO qui ont le plus suscité l’intérêt des particuliers sont des cleantech”, commente-t-il.

Que le cours de Bourse de plusieurs d’entre elles ait flanché peu de temps après leur entrée sur le marché n’inquiète pas du tout le PDG d’EnterNext. « Un cours de Bourse qui baisse n’est ni anormal, ni choquant. C’est sur la durée qu’on analyse un cours et certainement pas en quelques mois. Prenons du recul avant de dire qu’il y a échec ou succès », conseille-t-il.

Egalité entre la Bourse et le capital investissement

DiscussionsAujourd’hui, les montants levés en Bourse en France sont tout à fait comparables avec les sommes levées grâce au capital-investissement. « Depuis mai 2013, l’économie verte a levé plus de 300 millions d’euros sur les marchés financiers, à comparer avec les 319 millions d’euros investis sur l’année 2013 par les fonds d’investissement ».

Le PDG D’EnterNext souligne également le recours croissant à l’obligataire – 80 M€ récoltés par Albioma, 45 M€ par la Foncière verte… « Historiquement réservé aux sociétés du CAC 40, l’obligataire est un bel outil de financement, complémentaire de l’equity, qui s’ouvre à des plus petites sociétés » explique-t-il. « Les obligations vertes sont à ce titre très intéressantes même si à l’heure actuelle se sont encore les grandes sociétés – EDF, GDF Suez – qui ouvrent le bal ».

La Bourse peut-elle assurer un financement durable pour les cleantech ? Définitivement oui, assure le PDG d’EnterNext, « même si toutes les sociétés de cleantech ne sont pas amenées à trouver du financement en Bourse ».

__________

A consulter aussi :