Smart home : Nest sera-t-il le chouchou des ménages français ?

Print Friendly, PDF & Email
7909333202_b9d8bcc6e9_h
Crédit : Flickr / Patrick Haney

Le must have des écolos branchés aux États-Unis arrive pour de bon en Europe. Lancé depuis avril au Royaume-Uni, le thermostat intelligent Nest (développé par deux anciens d’Apple avant d’être racheté à prix d’or par Google) s’installe dans quatre nouveaux pays ce mois-ci : la France, les Pays-Bas, la Belgique et l’Irlande accueilleront les 400 premières boutiques de la marque. Nest s’est également associé à plusieurs fournisseurs d’énergie pour commercialiser sa solution : Direct Energie en France, Lampiris en Belgique et Essent aux Pays-Bas.

En France, le thermostat est commercialisé à 219 € TTC, son petit frère, le détecteur de fumée et de monoxyde de carbone, Nest Protect, coûte lui 109 € TTC. Nest compte d’ailleurs sur la réglementation française pour se déployer puisque l’installation de détecteurs de fumée deviendra obligatoire dans les logements à partir du 8 mars 2015.

Beaucoup plus sexy et médiatique que ses concurrents, Nest fera-t-il décoller le marché français du smart home, encore balbutiant ? Alors que l’entreprise vendrait environ 100 000 thermostats en Amérique du Nord selon les analystes de Morgan Stanley, elle ne s’est risquée à aucun pronostic en Europe. L’offre est déjà riche avec Netatmo, Wiser (Schneider Electric) ou Comwatt pour n’en citer que quelques uns mais pour l’instant seuls 2% des logements résidentiels en Europe ont franchi le pas.