Siemens et Mitsui au capital de LanzaTech

Print Friendly, PDF & Email
Photo Flickr / Bill Dickinson

La société née en Nouvelle-Zélande LanzaTech attire à nouveau les investisseurs de poids avec sa formule « magique » qui permet de transformer les déchets industriels gazeux en biocarburants et en produits chimiques. A l’occasion d’un cinquième tour de table de 60 millions de dollars (43 millions d’euros), en partie bouclé auprès de ses actionnaires historiques, la jeune pousse accueille à son capital deux importants conglomérats industriels : le japonais Mitsui et l’allemand Siemens.

150 millions de dollars levés

Le groupe japonais Mitsui mène le tour à hauteur de ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.