Renouvelables : l’Europe en ordre dispersé

Print Friendly, PDF & Email

EN BREF-interieurL’office européen de statistiques Eurostat a publié hier, mardi 10 mars, les chiffres 2012 sur la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique de l’UE. Cette année là, l’énergie d’origine renouvelable a contribué à hauteur de 14,1% à la consommation finale brute d’énergie de l’UE28, contre 8,3% en 2004, première année pour laquelle cette donnée est disponible. Cela représente une hausse de 6 points en six ans. Si la tendance se poursuit au cours des six prochaines années, l’Europe devrait (théoriquement) parvenir à son objectif 2020, fixé à 20%.

Les pays de l’Union avancent en ordre dispersé avec, en tête de liste, la Suède (51% de la consommation énergétique provenant d’EnR), la Lettonie (35,8%), la Finlande (34,3%) et l’Autriche (32,1%). En queue de peloton, figurent Malte (1,4%), le Luxembourg (3,1%), le Royaume-Uni (4,2%) et les Pays-Bas (4,5%).

La Bulgarie, l’Estonie et la Suède ont déjà atteint leurs objectifs 2020, respectivement fixés à 16%, 25% et 49%. Les objectifs individuels des États membres ont été fixés en 2010, en fonction des situations de départ ainsi que du potentiel d’énergies renouvelables de chaque pays.

La France se maintient dans la moyenne européenne avec un taux d’EnR de 13,4%, contre 9,3% en 2004, qui provient essentiellement de l’énergie hydraulique. Le pays s’est pourtant fixé un objectif de 23% d’EnR en 2020, déjà compromis selon le Syndicat des énergies renouvelables. Si rien n’est fait, la France atteindra seulement 17% d’EnR en 2020, met en garde l’organisation professionnelle.

Consulter le communiqué de presse d’Eurostat ci-dessous ou ici (PDF)

__________

A consulter aussi :