Les oiseaux coupent les ailes du London Array (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

london-arrayMalgré l’arrivée récente d’un nouvel actionnaire, la Caisse de dépôt et placement du Québec, le gigantesque parc éolien offshore britannique du London Array renonce à ses projets d’extension, non pas pour des raisons financières mais en raison d’un problème environnemental.

Alors que la phase 1 est terminée avec 175 turbines représentant 630 MW en exploitation depuis juillet 2013, une ...

 

 

Article précédentSagemcom décroche le gros lot pour la fabrication de Gazpar (Premium)
Article suivantDeals du 17 au 24 février : Des fonds pour l’efficacité énergétique, des opportunités au Japon (Premium)