EDF et Bolloré en course pour être l’opérateur national des bornes de recharge ?

Print Friendly, PDF & Email

EN BREF-interieurSelon le quotidien économique Les Échos, les deux entreprises seraient candidates – chacune de son côté – pour devenir l’opérateur national de recharge pour les véhicules électriques. L’Etat pourrait faire son choix « avant l’été pour un déploiement des infrastructures de 2015 à 2017 », indique le quotidien.

En mai dernier, ce sont déjà Les Echos qui avaient révélé l’idée du gouvernement de créer un opérateur capable de gérer le maillage territorial des futures stations. Le gouvernement n’avait pas commenté ces informations.

Selon le journal économique, le projet est piloté par Francis Vuibert, un ancien préfet nommé chef de projet du plan «bornes électriques de recharge» en remplacement de Philippe Hirtzman, parti à la retraite.

Alliés ou concurrents ?

Tandis que Bolloré fait cavalier seul, « souhaitant réaliser l’ensemble des composants – des bornes aux systèmes de gestion, en passant par les batteries et les voitures » – EDF pourrait inclure dans son équipe des industriels « comme Renault ou Schneider Electric, pour bâtir un réseau de 1.000 à 5.000 bornes, principalement de charge rapide (deux à trois heures) », poursuit le quotidien.

« Pour l’instant, on a développé un projet autonome, mais il n’est pas forcément exclusif », a cependant réagi une source proche de Bolloré à l’AFP. « Pour l’instant, ce n’est pas du tout un projet en opposition avec EDF. Il est possible qu’on fasse quelque chose avec EDF ».

L’objectif gouvernemental, fixé en 2009, d’atteindre 2 millions de véhicules électriques en circulation d’ici à 2020 devrait théoriquement s’accompagner de la mise en place d’autant de point de charge privés et 400 000 en service public. Or la France compte actuellement 30 000 véhicules électriques et seulement 5 000 points de recharge publics, principalement dus aux bornes Autolib’.