Eiffage confirme son projet d’usine dédiée à l’éolien offshore

Print Friendly, PDF & Email

smulders eolien offshoreQuelques semaines après l’acquisition d’un poids lourd des fondations métalliques pour l’éolien offshore, le PDG du groupe Eiffage, Pierre Berger, a confié au quotidien économique Les Échos que le groupe envisageait d’ouvrir une usine dédiée en Bretagne. « Nous espérons bien sécuriser plusieurs affaires d’ici deux ou trois ans. Si c’est le cas, nous créerons une usine dédiée à ce marché en Bretagne », a-t-il indiqué dans une interview parue aujourd’hui.

« Nous sommes en négociations avec Iberdrola, et en discussion avec EDF Alstom», a précisé le patron d’Eiffage. Le groupe est déjà pré-sélectionné face à STX pour fournir les 100 fondations du futur parc de Saint-Brieuc (500 MW) piloté par Iberdrola. Il devrait être fixé sur son sort d’ici fin 2014.

« Pour notre partie, les fondations représentent un marché d’une valeur d’un peu moins de 1 milliard… Les appels d’offres de phase 2, qui seront lancés bientôt, sont du même ordre de grandeur », a estimé Pierre Berger. « Enfin, nous visons aussi, hors de France, tous les champs éoliens offshore de mer du Nord au large de la Grande-Bretagne. »

Eiffage Construction Métallique a marqué des points cet été en faisant l’acquisition de Smulders, une société néerlandaise spécialisée dans les infrastructures métalliques et l’éolien offshore. En 2012, Smulders et son allié SIF Group ont été numéro 2 européen des fondations offshore avec 18% de part de marché et près de 90 structures fournies, selon l’association européenne de l’éolien EWEA. Ex-aequo avec la société allemande Erndtebrücker Eisenwerk (18%). Le leader est actuellement le danois Bladt (40%).