Le Bas-Rhin concentre les recherches sur la géothermie (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

géothermieLe ministère de l’Écologie a publié, lundi 24 juin, quatre arrêtés accordant des permis de recherche en matière de géothermie haute température, tous concentrés dans le département du Bas-Rhin. Ils s’ajoutent à deux permis similaires accordés en mars dernier. Trois entreprises mettent la main ...

sur ces permis de recherche situés à Illkirch-Erstein, Strasbourg, Durningen et Soufflenheim : Electricité de Strasbourg, Moore Géothermie et Fonroche (récapitulatif ci-dessous). Au total, ils représentent plus de 35 M€ d’engagement financier et un territoire de prospection cumulé de 900 km². Le ministère annonce étudier 14 autres demandes du même type.

Société Localité Superficie  Durée Engagement financier
Fonroche Strasbourg 573 km² 5 ans 16,9 M€
Electricité de Strasbourg Illkirch-Erstein 169 km² 5 ans 17 M€
Moore Durningen 109 km² 3 ans 541 000 €
Moore Soufflenheim 114 km² 3 ans 541 000 €

Fonroche à nouveau dans la liste des lauréats

Fonroche se démarque à nouveau, après avoir remporté en début d’année le permis dit de « Pau-Tarbes »,  dans les départements des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées. Fonroche est l’un des plus gros demandeurs de permis de recherche dans la géothermie en France, secteur où il souhaite devenir incontournable et prévoyait en 2012 d’investir 400 M€ sur les dix prochaines années.

De son côté, Moore Géothermie, dirigée par Stéphane Touche, gagne deux permis. En Alsace, Stéphane Touche est également lié à l’industrie pétrolière, notamment via des sociétés comme Bluebach Ressources et Millennium Geo-Venture, et en collaboration avec Geopetrol, une société de recherche et de production d’hydrocarbures.

L’industrie pétrolière peut présenter des similitudes avec le principe de la géothermie : extraire la chaleur des profondeurs de la terre pour la production d’électricité et/ou de chaleur. La géothermie haute température vise à capter des eaux chaudes (supérieures à 150°) à grande profondeur dans des nappes phréatiques ou des réseaux de faille où elles circulent naturellement. L’Alsace dispose des réserves les plus intéressantes puisque des températures très élevées y sont enregistrées à des profondeurs plus faibles qu’ailleurs (170°C à 3 000 mètres), précise un communiqué du ministère de l’Écologie et de l’Énergie.

La géothermie encore très peu exploitée

En 2008, la géothermie représentait seulement 0,1% de la production d’électricité d’origine renouvelable en France, indique le ministère. De son côté, Eurobserv’ER a recensé 17,2 MW de puissance électrique géothermique installée en 2011 dans l’Hexagone, soit un peu plus de 2% de la puissance installée en Europe. Les 391 MW de puissance thermique à la même date représentent, en revanche, plus de 16% de la capacité européenne. Toujours en 2011, le marché français s’élevait à 430 M€, soit 9% environ du marché européen selon Eurobserv’ER.

_________

A consulter aussi :