Bruxelles maintient les taxes contre les panneaux chinois tout en desserrant l’étau

Print Friendly, PDF & Email

chinese moduleMontée au front pour défendre l’industrie européenne du solaire face à la concurrence chinoise, la Commission européenne a décidé de maintenir sa décision d’imposer des taxes anti-dumping aux panneaux importés de Chine, même si de nombreux pays membres de l’Union lui ont retiré leur soutien, à commencer par l’Allemagne.

Bruxelles laisse néanmoins une dernière chance à la négociation, pendant encore deux mois. Les taxes, initialement fixées à 47% en moyenne, plafonneront finalement à 11,8 % jusqu’au 6 août prochain. Après quoi, elles augmenteront si les négociations échouent avec Pékin. La conclusion définitive de l’enquête anti-dumping menée par Bruxelles est fixée au 5 décembre 2013. A cette date, les taxes pourront être annulées ou entrer en vigueur pour une durée de cinq ans. Les États-Unis ont déjà pris ce type de décision en octobre dernier, appliquant des taxes douanières exorbitantes aux panneaux et cellules solaires en provenance de Chine.

La Commission est dans une position délicate vis-à-vis de la Chine et des Etats membres de l’Union européenne car froisser Pékin sur le solaire pourrait entraîner une détérioration globale des relations sino-européennes. C’est pour cette raison que Berlin et 16 autres capitales européennes se sont prononcées récemment contre la mise en place de taxes anti-dumping, mettant à mal la légitimité de Bruxelles.

Mais Bruxelles mène en tout quatre enquêtes pour dumping ou subventionnement illégal à l’encontre des produits solaires chinois, suite à des plaintes portées par des industriels européens. La guerre du solaire sino-européenne n’est donc pas près de prendre fin (voir ci-dessous)

Les épisodes de la guerre sino-européenne

(par ordre chronologique décroissant)

Mai 2013

Avril 2013

Mars 2013

Février 2013

Novembre 2012

Septembre 2012

Juillet 2012