En bref : Liquidation judiciaire pour deux start-up françaises

Print Friendly, PDF & Email

liquidationLes temps sont durs pour les jeunes sociétés des cleantech dont les marchés peinent souvent à arriver à maturité. Deux d’entre elles viennent de disparaître. D’abord Noveol, spécialiste du petit éolien installé à Fontaine-le-Compte (Vienne). Fondée en 2009, la société avait mis au point une turbine à axe vertical qui avait séduit des busines angels en 2010 puis en 2011. Alors que le marché du petit éolien ne parvient pas à décoller en France, l’entreprise misait sur un gros contrat à l’international, qui n’a pas abouti. Le tribunal de commerce de Poitiers a prononcé sa liquidation judiciaire le 19 mars dernier.

Autre disparition, Citiled, une société ambitieuse créée en 2006 avec un positionnement original : elle s’était spécialisée dans les systèmes d’éclairage et de vidéo basés sur la technologie des LED (diodes électroluminescentes) pour les grandes façades. Elle visait essentiellement des marchés en Asie et au Moyen-Orient et, en 2011, elle avait séduit le fonds XAnge Private Equity, qui lui avait apporté 2 millions d’euros pour son premier tour de table. Le tribunal de commerce de Paris vient de prononcer sa liquidation judiciaire le 17 avril.