Le débat sur la transition énergétique entaché par les désaffections

Print Friendly, PDF & Email

Le débat national sur la transition énergétique doit débuter la semaine prochaine et, déjà, plusieurs parties prenantes ont claqué la porte. Après Greenpeace et les Amis de la Terre qui ont décidé la semaine dernière de boycotter le débat, c’est Pascal Colombani, l’ex-administrateur général du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), qui renonce à faire partie du comité de pilotage.

Pascal Colombani avait été appelé le 10 novembre dernier par la ministre de l’Ecologie, Delphine Batho, pour animer le débat sur la transition énergétique aux côtés de quatre autres personnalités, plus ou moins controversées. La ministre a également désigné l’ex-patronne d’Areva Anne Lauvergeon, le climatologue Jean Jouzel, la directrice de l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) Laurence Tubiana, et un ancien directeur de Greenpeace, Bruno Rebelle.

La présence de deux partisans de l’atome au sein du comité avait scandalisé les ONG environnementales. Outre le retrait de Greenpeace et des Amis de la Terre, de nombreuses ONG ont également fait part de leur mécontentement sur la composition du comité de pilotage, dont France Nature Environnement et la Fondation Nicolas Hulot.

Le débat sur la transition énergétique décidé par François Hollande doit définir la trajectoire permettant de réduire la consommation énergétique et de diminuer la part du nucléaire dans la production électrique. Il se poursuivra jusqu’au printemps prochain en vue d’une loi de programmation attendue pour juin 2013.