Eolien US : Siemens plie, le lobbying pour les aides s’amplifie (Premium)

Print Friendly, PDF & Email
Copyright Siemens

Le secteur éolien américain a déjà gagné une bataille après l’accord sur la prolongation des subventions à la filière signé par la commission des finances du Sénat, début août. Mais la guerre n’est pas gagnée : les lobbies continuent de s’affronter avant l’élection présidentielle de novembre, événement-clé pour l’avenir du marché. D’un côté, les Républicains plutôt anti-éoliens avec leur candidat Mitt Romney. De l’autre, les pro-éoliens, soutenus par Barack Obama et qui viennent de recevoir l’appui d’un collectif de 19 grandes entreprises.

La situation devient préoccupante. Pour preuve : Siemens ...

perd confiance, cinq ans après son implantation industrielle et un investissement d’une centaine de millions de dollars, selon la presse américaine. L’allemand annonce le licenciement de 615 salariés de sa branche éolienne américaine, soit près de 40% de ses effectifs. Un plan concernant majoritairement l’Iowa, avec le Kansas et la Floride. Les licenciements devraient commencer en novembre.

« Le secteur est face à une importante baisse des commandes, qui a des conséquences malheureuses sur les emplois », plaide Siemens. Le groupe allemand est victime de l’instabilité réglementaire du secteur, alors que l’incertitude plane toujours autour du maintien de la Production Tax Credit (PTC).

Le suspense perdure pour 37 000 salariés

La PTC est une subvention de 2,2 c$/kWh accordée pendant les 10 premières années d’exploitation d’un parc éolien. Elle a été mise en place en 1992 puis renouvelée en 1999, 2001, 2003 et 2009. Alors qu’elle arrive à échéance en décembre 2012, sa suppression pourrait entraîner la suppression de 37 000 emplois début 2013, selon le cabinet Navigant Consulting.

Barack Obama tente de pérenniser les aides aux énergies renouvelables mais il peine à faire adopter cette mesure par le Congrès. Les conservateurs du parti Républicain s’opposent, eux, à un nouveau prolongement mettant en avant l’incohérence de financer un secteur qui nécessite encore des subventions pour se développer. Officiellement, leur candidat, Mitt Romney ne souhaite pas sa prolongation. Une position vivement critiquée par les Républicains de plusieurs Etats comme l’Iowa, où l’éolien est très développé.

Des champions US au secours de la filière

En face, les pro-éoliens sont épaulés par le puissant lobby AWEA – l’American Wind Energy Association – et un groupe de 19 entreprises leaders de l’économie américaine (Levi Strauss & Co, Starbucks, Yahoo!…) qui ont envoyé, le 18 septembre, une lettre au Congrès pour demander le maintien de la PTC. Ils plaident pour une nouvelle extension de la subvention, qui « fait baisser les prix pour tous les consommateurs, maintient l’Amérique compétitive sur le marché mondial et crée des emplois américains ».

Leur argument : « Pour les consommateurs d’électricité d’origine éolienne, les avantages économiques de la PTC sont énormes. Elle a permis à l’industrie de réduire les coûts de l’énergie éolienne de 90% depuis 1980 – une raison pour laquelle des entreprises comme les nôtres achètent des quantités croissantes d’énergie renouvelable », soulignent-ils dans leur courrier.