En bref : révolution industrielle « verte », bornes de recharge pour VE, guerre solaire

Print Friendly, PDF & Email

France

  • Politique publique

Le gouvernement semble miser sur les cleantech pour retrouver le chemin de la croissance. Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, veut conduire la France sur la voie de la « troisième révolution industrielle » qui est à « la rencontre entre les énergies renouvelables et les technologies numériques », a-t-il déclaré le 19 août à l’occasion de la Fête de la Rose à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire). Et d’expliquer qu’il s’agit d’un « alliage de l’autorité et de l’audace » qui va « créer des emplois nouveaux », des « produits nouveaux » et « des objets nouveaux ». Le ministre avait déjà montré son intérêt pour les véhicules propres dans le cadre de son plan d’aide à l’automobile, présenté le 25 juillet dernier, dont la principale mesure est la mise en place d’un super bonus pour les voitures électriques et hybrides.

  • Recharge de véhicule électrique

Les expérimentations de bornes pour véhicules électriques dans le cadre du programme de R&D Infini Drive, mis en place par La Poste et ERDF, commenceront le 18 septembre prochain, selon le quotidien Ouest France. Ce laboratoire de mobilité électrique avait été retenu en juin par l’Ademe dans le cadre du programme « Véhicules du futur » des Investissements d’avenir. Il vise à optimiser le déploiement des bornes de recharge en France. Le test durera un an et se déroulera dans quatre villes : Nice, Grenoble, Paris et Nantes.

International

  • Solaire

La riposte s’organise après le dépôt d’une plainte à Bruxelles contre les fabricants chinois de panneaux photovoltaïques en juillet dernier : les principaux producteurs chinois de silicium polycristallin de qualité solaire demandent à Pékin de lancer des enquêtes anti-dumping et anti-subventions sur les matières premières importées de l’Union européenne. L’Association de l’Industrie des métaux non ferreux de Chine estime que le volume des importations de produits de silicium polycristallin en provenance de l’UE a augmenté de 30,8% en base annuelle pour atteindre 9 300 tonnes au premier semestre de l’année, et que leur prix a chuté de 47,5% à 27,5 dollars par kilogramme. « Ce prix est largement inférieur à la normale. Ces produits importés ont porté atteinte aux intérêts du secteur du silicium polycristallin en Chine », a indiqué Zhao Jiasheng, président de l’association. La plupart des importations viennent d’Allemagne, pays le plus touché par la concurrence chinoise dans le solaire et le plus offensif dans la guerre commerciale.