Désormais seul, JMB Energie veut épouser Aérowatt

Print Friendly, PDF & Email
Copyright JBM Energie

JMB Energie émerge comme une figure montante des énergies vertes en France. Après avoir racheté les 17% de son capital détenus par des fonds d’investissement, dont Demeter Partners, il veut s’emparer d’Aérowatt. Ce dernier, coté sur Alternext à Paris, troque ainsi une fusion franco-suisse contre la création d’un acteur franco-français indépendant de poids sur les énergies renouvelables. Le producteur d’énergies vertes avait en effet annoncé, en janvier dernier, un projet d’alliance avec l’énergéticien helvétique EBM (Coopérative Elektra Birseck), qui battait de l’aile depuis mars. En six mois, ces tractations ont fait perdre 9% de la valeur d’Aérowatt.

Aérowatt et JMB Energie doivent désormais franchir plusieurs étapes. Dans les six prochains mois, ils finaliseront le projet de fusion, qui pourrait avoir comme première conséquence la sortie d’Aérowatt de la Bourse. A court terme également, se posera la question de la définition de l’identité de l’entreprise unifiée qui devrait être pilotée par le duo formé par Jean-Marc Bouchet (fondateur et président de JMB Energie) et Jérôme Billerey (président du directoire d’Aérowatt). Deux dirigeants qui se connaissent bien depuis 20 ans.

Leur plan de développement est déjà balisé à moyen terme. Le groupe devrait exploiter 300 MW à fin 2012 sur quatre énergies – éolien, solaire, hydroélectricité et biomasse (biogaz) – avec une présence sur tout le territoire national, en Outre-mer et une percée récente à l’international. En 2015, le nouveau groupe pourrait exploiter 500 MW et viser le double d’ici à 2020.

Au lendemain de l’union, la grande question sera de financer cet ambitieux programme avec l’appui d’investisseurs essentiellement industriels. « Notre objectif est de bâtir un projet industriel de long terme, nous aurons donc besoin d’augmenter la puissance financière du groupe et d’attirer des partenaires », précise Jean-Marc Bouchet. Le dirigeant met un point d’honneur à construire un producteur d’énergies vertes indépendant, susceptible de jouer dans la cours des grands et de résister aux turbulences réglementaires des énergies renouvelables en France.

Le projet de fusion JMB Energie – Aérowatt en quatre points clés

1 – Quelle valorisation ?

En janvier dernier, l’OPA amicale sur Aérowatt lancée par le suisse KKB (Kleinkraftwerk Birseck, filiale à 46,95% de EBM) valorisait l’entreprise 38,9 M€ (soit 19,77 € par action). Cette-fois ci, l’offensive de JMB Energie valorise Aérowatt 35,4 M€, avec un prix d’acquisition de l’action fixé à 18 €. Soit une prime de 20% par rapport à son dernier cours situé au-dessus de 14 €.

« Le projet initial de rapprochement industriel entre Aérowatt et KKB, soutenu par le groupe EBM, a buté sur un avis juridique que nous avons rendu public en mars dernier. Pour mener à bien l’opération, KKB, cotée à la Bourse de Berne, devait respecter certaines contraintes réglementaires suisses impliquant directement son actionnaire de référence EBM. Une nouvelle structure de l’offre a donc été envisagée, impliquant une répartition du capital d’Aérowatt différente entre KKB et des tiers investisseurs. Mais ce projet n’a finalement pas abouti », explique Jérôme Billerey.

Comme sur le deal prévu avec KKB, les trois principaux actionnaires d’Aérowatt –Demeter Partners (25,76%), Omnes Capital (18,27%) et Viveris Management (21,22%) — ont donné leur feu vert pour céder leurs actions (60,27% au cumul) à JMB Energie. Un crédit vendeur d’une durée maximale de deux ans a été consenti à ce dernier. La prise de contrôle majoritaire d’Aérowatt par JMB Energie doit être finalisée au 31 juillet prochain.

En cas de succès, JMB Energie lancera ensuite un projet d’offre publique d’achat simplifiée (OPAS) sur le solde du capital d’Aérowatt en Bourse, sur la base de la même valorisation. A terme, et si les conditions nécessaires sont remplies, JMB Energie mettra en oeuvre un retrait du titre Aérowatt sur Alternext.

2 – Comment sera financée l’acquisition ?

JMB Energie vise l’acquisition à 100% d’Aérowatt. Plusieurs voies de financement sont engagées, entre l’endettement et la cession d’actifs, des centrales d’énergies en exploitation. Mais Jean-Marc Bouchet reste discret sur cette stratégie.

Par ailleurs, le dirigeant est monté à 100 % du capital de sa société JBM Energie fin mars, en rachetant les participations minoritaires prises en 2008 par le fonds Demeter et les fonds régionaux régions de Languedoc-Roussillon (Soridec) et Champagne-Ardenne (Irpac). Les données de cette opération ne sont pas dévoilées.

Si tout se passe bien pour Jean-Marc Bouchet, il devrait détenir directement ou indirectement 100 % de JMB Energie et 100 % d’Aérowatt. Une montée en puissance significative pour cet entrepreneur pionnier, ancien cadre dirigeant d’EDF Énergies Nouvelles. En 2005, il partait presque de zéro.

3Quelles synergies entre les deux entreprises ?

A terme, JME Energie a vocation à intégrer Aérowatt. La fusion doit déboucher sur une mutualisation des moyens pour réaliser des économies d’échelle (ressources humaines, achats d’équipements, financement bancaire, etc). Une complémentarité géographique est aussi attendue : « Le nouveau groupe aura vocation à occuper tout le territoire national », note Jean-Marc Bouchet.

En cas de succès du rapprochement, le groupe disposera fin 2012 d’un parc installé (ou en cours de construction) de plus de 300 MW bruts, générant des recettes annuelles de plus de 60 M€ fin 2012. Le chiffre d’affaires total devrait atteindre les 70 M€, pour plus de 100 salariés. « Nous aurons également 250 MW de projets d’énergies renouvelables autorisés, 250 MW supplémentaires en instruction et un portefeuille de 2 GW en développement. A l’horizon 2015, le groupe pourrait facilement exploiter 500 MW et viser 1 GW à l’horizon 2020 », souligne Jean-Marc Bouchet.

4 – Quelles forces en présence ?

JMB Énergie :

  • Développement, investissement, construction, exploitation de centrales d’énergie verte
  • 60 MW d’éolien , 36 MW de solaire, 8 MW de biogaz et 4 MW d’hydroélectricité : soit 108 MW bruts au total (79 MW nets).
  • 30 M€ de chiffre d’affaires, dont plus de 80% sur la vente d’énergie
  • 70 salariés
  • Acquisition des actifs de Frey Nouvelles Energies en 2011
  • Signe particulier : très présent en Champagne-Ardenne et dans le sud de la France
  • Développement au Maroc

Aérowatt :

  • Développement, investissement, construction, exploitation de centrales solaire et éolienne
  • 113 MW d’éolien (81 MW détenus en propre) et 21 MW de solaire (10 MW en propre).
  • 27,5 M€ de chiffre d’affaires, dont 75% sur la vente d’énergie
  • 45 salariés
  • Signe particulier : forte présence dans les départements d’Outre-mer, dans le nord-est et sud-ouest de la France
  • Développement à Maurice