Deals du 2 au 9 juillet : réveil des investisseurs en France, et des M&A à l’international (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

Les investisseurs se réveillent décidément en France, où s’est conclue une série de levées de fonds cette semaine dans plusieurs secteurs, dont une introduction en Bourse, mais aussi à l’international, avec un rachat à plus de 2 milliards de dollars dans le smart grid.

En France, Global Bioénergies (chimie verte et biocarburants), Méthanor (biogaz) et Canibal (recyclage) ont trouvé des investisseurs pour soutenir leur développement. Mais beaucoup d’autres cherchent : dans un dossier spécial, GreenUnivers a recensé 50 jeunes sociétés green où investir.

Dans l’écomobilité, les grands groupes sont à la peine. Renault cale dans les batteries pour ses véhicules électriques et s’allie finalement à LG alors que la co-entreprise entre PSA et BMW sur les motorisations électriques tombe à l’eau. En revanche, le groupe Mobivia (ex-Norauto) accélère le déploiement de son concept-store Altermove, dédié à la mobilité urbaine alternative.

Le solaire reste aussi difficile et le groupe 3i Plus cherche la croissance à l’international alors que dans l’éolien offshore, le recours de GDF Suez auprès du gouvernement sur la zone du Tréport semble avoir peu de chances d’aboutir.

Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) est dans la tourmente avec le départ de sa branche éolienne, France Energie Eolienne, qui a choisi de s’émanciper pour mieux faire valoir ses intérêts. Et dans le solaire, l’organisation Enerplan évolue pour devenir un syndicat professionnel.

Du côté des politiques publiques, la conférence environnementale du gouvernement est repoussée à l’automne, la région Centre se dote d’un fonds vert ambitieux avec l’aide de la BEI et l’Ademe officialise son fonds d’investissement Ecotechnologies piloté par CDC Enetreprises.

A l’international, le leader allemand des compteurs Elster, n°3 mondial des compteurs intelligents, a été racheté pour 2,3 mds $, comme son rival Landis+Gyr l’an dernier. Mais rien ne va plus dans le solaire pour l’allemand Schott, qui pour survivre abandonne ses activités dans le photovoltaïque en silicium cristallin, ni pour General Electric qui bloque son grand projet d’usine photovoltaïque aux Etats-Unis.

En revanche, dans l’éolien, tout pourrait se débloquer en Allemagne pour les futurs parcs offshore, car Berlin a décidé que le consommateur allemand paierait les éventuels retards de raccordement. Et dans la pampa argentine, une banque chinoise va financer le plus grand parc éolien d’Amérique latine, qui sera équipé de turbines chinoises, bien sûr. La Chine qui sera le principal moteur du développement des énergies vertes d’ici 2017, selon le premier rapport 100% EnR de l’AIE.

Lire ci-dessous la suite de la revue des deals (service réservé à nos abonnés : voir nos offres)

France ...