Voitures électriques en libre-service, une affaire qui roule ?

Print Friendly, PDF & Email

Alors qu’à Paris, Autolib’ vient de franchir le cap des 100 000 utilisateurs, GreenUnivers dresse un premier bilan de trois réseaux de voitures électriques en libre-service. Le principe est simple : le client emprunte un véhicule pour une courte virée et le remet à sa place quelques heures plus tard. Les modèles ne sont pas encore rentables – et ne le seront peut-être jamais – mais ils sont portés à bout de bras par les collectivités territoriales et le nombre d’utilisateurs croît régulièrement. Et ils espèrent bien profiter de la hausse du prix des carburants pour conquérir de nouveaux clients.

Paris fête ses 4 mois de service

Lancé en décembre 2011, le service Autolib’ a immatriculé sa 1 000e voiture mi-mars. Il compte...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.