Le mini-éolien attend toujours son heure de gloire en France (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

Le petit éolien, ces turbines de jardin de moins de 36 kW, peine à décoller. Selon les professionnels interrogés par GreenUnivers au Salon des énergies renouvelables, les ventes devraient augmenter timidement en 2012, se comptant en quelques milliers d’unités au maximum. Il va falloir survivre sur ce marché de niche, qui espère l’instauration de tarifs d’achat et des baisses de prix.

Pourtant, ce marché difficile à mesurer dominé par trois gros acteurs — Windeo, Weole et Kent –attire de nombreuses entreprises qui attendent leur décollage, parfois depuis plusieurs années. Le mini-éolien ne bénéficie pas d’un tarif d’achat mais d’un crédit d’impôt sur le coût d’installation qui vient de passer à 32% selon l’Ademe. Ce taux était de 50% il y a deux ans, puis de 45% en 2011 et de 38% début 2012.

Les best-sellers sont les éoliennes de moins de 12 mètres, d’une puissance de 2 à 6 kW, qui peuvent être installées sans permis de construire. Ces mini-éoliennes coûtent entre 10.000 et 20.000 euros et ne sont rentables qu’en une dizaine d’années. Pour l’instant, chez les particuliers, ce sont surtout des écologistes convaincus qui s’endettent pour s’en procurer. Elles sont aussi destinées aux PME, à la grande distribution et aux agriculteurs.

Parmi elles, la Skystream, d’une capacité de production de 2,4 kW, est favorite. Cette éolienne américaine , construite par Southwest Windpower, est la plus vendue au monde, et notamment en France où Windeo, Kent et Weole la proposent.

Les prévisions des leaders

De très loin leader sur le marché, BWind, marque du groupe belge Windeo Green Futur (120 personnes), a réalisé en 2011 un chiffre d’affaires de ...