Hausse des exportations vertes françaises en 2010

Print Friendly, PDF & Email

Les activités vertes résisteraient-elles mieux que d’autres secteurs à la crise ? C’est ce que laisse penser les chiffres des exportations et des emplois dans les éco-activités françaises en 2010, que vient de publier le ministère de l’Ecologie. Les exportations vertes ont atteint 6 milliards d’euros, en hausse de 33 % par rapport aux 4,5 milliards d’euros de 2009… mais encore en-dessous des 6,6 milliards de 2008.

Selon le ministère, les éco-entreprises ont réalisé en moyenne 15 % de leur activité à l’exportation en 2010. Elles ont aussi enregistré un excédent commercial de 1,1 milliard d’euros, en hausse de 38 %. Chiffres encourageants pour le secteur alors que la balance commerciale française, toutes branches confondues, affiche un solde négatif évalué à 49,4 milliards.

Le recyclage toujours leader

La récupération reste de loin le premier secteur exportateur parmi les éco-activités avec un total de 4,05 milliards d’euros. Il a repris des couleurs en 2010 après une année 2009 difficile en raison de la chute des prix des matières premières secondaires où il n’avait pas dépassé 2,4 milliards à l’export.

Le secteur de l’eau arrive en deuxième position mais assez loin derrière : les exportations d’équipements pour le traitement de l’eau sont restées stables par rapport à 2009 à 750 millions d’euros. A eux seuls, les équipements de réseaux (canalisations, vannes et appareils de filtration et de mesure) ont représenté 91 % des exportations de ce sous-secteur et la totalité de son excédent commercial.

(A noter : les activités de distribution et d’assainissement de groupes tels que Veolia, Suez Environnement et Saur, sont classées dans la catégorie des services et ont généré 12,8 milliards d’euros en 2010, soit 1,6 fois le chiffre d’affaires réalisé en France.)

Amélioration pour les EnR, sauf pour le solaire photovoltaïque

En troisième position, les énergies renouvelables sont reparties à la hausse en 2010, avec 700 millions d’euros, après une année 2009 difficile (650 millions) mais elles n’ont pas retrouvé les 750 millions atteints de 2008. Et compte-tenu des difficultés du secteur en 2011, la tendance pourrait ne pas rester positive.

La France est exportatrice excédentaire dans l’hydraulique, le solaire thermique et les équipements de chauffage au bois domestique. Les fabricants ont réalisé 20 % de leur chiffre d’affaires à l’extérieur en 2010, essentiellement dans les autres pays de l’Union européenne.

Si le déficit commercial dans le solaire photovoltaïque continue à se creuser (+ 96 %) le déficit dans l’éolien est en baisse de 36 %, selon le ministère. Les fournisseurs et les sous-traitants sont particulièrement actifs à l’international avec une progression de ventes de 34 % en 2010 par rapport à 2009. La croissance de ce secteur est soutenue par des sociétés telles que Rollix Defontaine (couronnes d’orientation d’éoliennes), SKF France (roulements), EADS Astrium (pales d’éoliennes).

Créations d’emplois même en temps de crise

Les emplois verts restent encore modestes selon les chiffres du ministère : les éco-activités comptabilisaient 452 600 équivalents temps plein en 2010, contre 427 100 en 2009.

En 2010, le nombre de salariés dans les activités vertes a malgré tout augmenté de 4,5 %, contre 0,1 % pour le reste de l’économie.