En bref : Metex, solaire thermique, Obama et les voitures électriques

Print Friendly, PDF & Email

France

  • Chimie verte

La première usine de Metabolic Explorer (Metex), qui devait initialement démarrer au deuxième semestre 2012 en Malaisie, aura six mois de retard. En cause, la société d’ingénierie en charge de la construction qui n’a pas encore fourni l’ensemble des documents techniques nécessaires. L’usine doit produire un PDO (1.3 Propanediol) vert, produit de substitution au PDO issu du pétrole, entrant dans la fabrication de fibres de polyester aux multiples débouchés, notamment dans le textile. Une première ligne de production de 8.000 tonnes par an était prévue cette année, puis la capacité doit passer à 50.000 tonnes à l’horizon 2017.

International

  • Solaire aux Etats-unis

BrightSource Energy, dont Alstom détient 17%, Abengoa, le champion espagnol du solaire thermique, et son compatriote Torresol Energy, joint venture entre l’entreprise de construction espagnole Sener et le groupe émirati Masdar, unissent leurs forces pour créer la Concentrating Solar Power Alliance. Dans un contexte difficile pour les fabricants de centrales thermiques, concurrencés par la baisse du prix des panneaux photovoltaïques, ce groupe de pression veut « éduquer les législateurs américains et les énergéticiens » sur les « bienfaits du solaire à concentration ». Les Etats-Unis possèdent plus de 500 MW de solaire à concentration opérationnels et 1.3 GW en construction, dont l’impressionnant projet de BrightSource, Ivanpah, de 392 MW. Mais ces derniers mois, de nombreux projets de solaire thermique ont été abandonnés, au profit du photovoltaïque.

  • Voitures électriques aux Etats-Unis

Barack Obama a annoncé une nouvelle enveloppe d’un milliard de dollars pour mettre en place des mesures incitatives en faveur des véhicules électriques. Il souhaite rassembler scientifiques, ingénieurs et entreprises pour développer des infrastructures appropriées et faire tomber les obstacles réglementaires, dans 10 à 15 villes pilotes. Son objectif ? La voiture électrique à un prix compétitif d’ici à 2022, remboursable en cinq ans et avec un crédit d’impôt porté à 10 000 dollars (il est actuellement de 7 500 dollars) et applicable au moment de l’achat.