Le marché solaire français se remet lentement du moratoire (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

Le marché photovoltaïque a repris un peu de vigueur sur les trois derniers mois de 2011, après trois trimestres atones sous l’impact du moratoire puis du changement de réglementation au printemps dernier. Au 4e trimestre 2011, les acteurs du solaire ont ainsi ...

 déposé 333 MW de demandes de raccordement auprès du gestionnaire du réseau ERDF, une puissance en hausse de près de 30% par rapport aux quelque 260 MW du troisième trimestre. Ces demandes concernent uniquement les projets de moins de 100 kW, les autres étant désormais régis par appels d’offres, dont les premiers résultats n’ont pas encore été dévoilés.

En revanche, dans le même temps, ERDF a raccordé moins de puissance à son réseau : environ 370 MW au 4e trimestre selon nos estimations, contre 470 MW environ au 3e trimestre. Soit une décélération de son activité de raccordement. À fin décembre dernier, 2.320 MW cumulés de photovoltaïque ont été raccordés par ERDF, dont le réseau représente 95% du territoire continental. Ces statistiques sont donc un bon indicateur de l’état du marché, mais sont naturellement inférieures aux données officielles du Commissariat général au développement durable (CGDD) pour l’ensemble du territoire (2.384 MW à fin septembre 2011, le bilan à fin 2011 n’est pas encore dévoilé).

Un marché qui se relève lentement

Pour juger de manière précise la dynamique du marché, il faut analyser l’évolution trimestrielle des demandes de raccordement enregistrées par le gestionnaire de réseau, c’est à dire les projets solaires en développement avancés qui viendront gonfler le parc installé connecté.

A cette aune, l’année 2011 montre que le marché se relève doucement du moratoire imposé fin 2010-début 2011, avec une augmentation des demandes de raccordement d’un trimestre sur l’autre. Un marché en croissance mais qui reste bien inférieur au marché allemand (3.000 MW raccordés sur le seul mois de décembre 2011) ou italien (9.000 MW sur 2011), par exemple.

En 2011, ERDF a enregistré 900 MW de demandes d’installations à raccorder environ, dont près de 40% sur les trois derniers mois.

  • 68,5 MW au 1er trimestre
  • 245,8 MW au 2e trimestre
  • 258,6 MW au 3e trimestre
  • 332,8 MW au 4e trimestre

Une file d’attente de 1,5 GW 

De son côté, la file d’attente des demandes de raccordement continue sa baisse entamée début 2011. Elle est composée de 1.531 MW à fin décembre 2011. Néanmoins, cette baisse reste lente comparée au niveau de fin septembre : 1.593,5 MW (1.680 MW avaient initialement été annoncés à cette époque).

Fin 2010, les demandes de raccordement avaient atteint un niveau irrationnel de 3.600 MW composés d’une grande partie de projets fantômes, abandonnés ensuite par leurs développeurs.

La file d’attente actuelle de 1.531 MW est composée majoritairement (53%) de grandes centrales supérieures à 250 kW. L’autre moitié représente des installations inférieures à 100 kW (29%) et des centrales comprises entre 100 et 250 kW (de 18%).

Les centrales solaires de plus de 100 kW pèsent donc plus de 80% des demandes de raccordement, alors que le marché est arrêté depuis décembre 2010. Ce sont des installations en développement épargnées par le moratoire qui doivent être mises en service dans un délai de 18 mois à compter de la date de notification de leur PTF, soit au plus tard à l’horizon juin 2012.