Colloque annuel du SER : gros plan sur 10 interventions-clés

Print Friendly, PDF & Email

Total, GDF Suez, EDF ou encore Areva : les grands groupes ont occupé le devant de la scène de la grand-messe annuelle du Syndicat des énergies renouvelables (SER), organisée ce 7 février à Paris. Deux ministres ont fait le déplacement : Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Environnement, des Transports et du Logement, et Eric Besson, ministre de l’Industrie et de l’energie. GreenUnivers revient sur les interventions qui ont marqué les débats de la filière.

L’Etat contraint de revoir son objectif solaire pour 2020

« Les objectifs du Grenelle dans le photovoltaïque seront atteints en 2015 », reconnait Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Environnement, des Transports et du Logement. L’Etat prévoyait initialement 5,4 GW de solaire en 2020. Le marché raccordé était déjà d’environ 2,5 GW fin 2011. La Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) estimait, fin 2011, que la France pourrait arriver à 8 GW de photovoltaïque d’ici à 2020…

SunPower (et Total) souffre, mais le solaire sera un jour au beau fixe

« SunPower est costaud et résistant, mais SunPower souffre. Sur le solaire, nous avions anticipé une tempête, mais pas la force de cet ouragan. C’est dur aussi pour les Chinois. Mais on s’approche de la parité réseau, et on s’en approche beaucoup plus vite que prévu : dès 2012 en Californie, bientôt dans le sud de l’Italie, en Allemagne… Nous sommes dans une phase de transition avec les aides au solaire. Avec le photovoltaïque sans subvention, nous pouvons nous attendre à des marchés avec des croissances récurrentes de 20% », explique Arnaud Chaperon, directeur électricité et nouvelles énergies de Total, actionnaire majoritaire du groupe Sunpower-Tenesol.

Areva va très vite dans les énergies renouvelables

« Areva dispose d’un carnet de commandes de 2 milliards d’euros dans les énergies renouvelables, qui s’est construit très vite », souligne Luc Oursel, président du directoire d’Areva. Le groupe veut devenir un acteur majeur du secteur, qu’il considère très complémentaire du nucléaire. Areva est positionné sur l’éolien offshore, les bioénergies, le solaire thermique à concentration et le stockage hydrogène. Areva avait annoncé un carnet de commandes dans les énergies renouvelables d’environ 1,8 Mds d’euros à fin 2011.

La CNR, navire amiral de GDF Suez dans les renouvelables

« GDF Suez a choisi de constituer son pôle énergies renouvelables à partir de la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) et la nomination récente à sa tête d’Yves de Gaulle entre dans cette stratégie » indique Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez. Le groupe a réitéré son objectif de doubler son parc éolien terrestre français à 2.000 MW en 2016. Il évoque même un doublement de son parc d’énergies renouvelables dans le monde à 10.000 MW à l’horizon 2020, hydroélectricité comprise.

Amyris (avec Total) drague les agro-industriels français

« Amyris a noué des partenariats en France avec Soliance, Tereos ou encore Roquette », note John Melo, PDG de l’américain Amyris, dont Total est actionnaire à plus de 20%. La société californienne de biotechnologies, cotée en Bourse, se positionne sur les biocarburants de 3ème génération et la chimie, avec un procédé à partir de micro-organismes transformant le sucre de la biomasse. Ses partenaires français sont tous des agro-industriels.

Le CEA frappe à coup de millions

« Nous investissons 340 millions d’euros par en an en recherche et développement sur les énergies d’avenir », précise Bernard Bigot, administrateur général du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). Environ 1.700 personnes du CEA travaillent sur le solaire, le stockage d’énergie ou encore la micro-électronique et l’intelligence des systèmes, soit 10% des effectifs.

L’Ademe dans la dynamique des Investissements d’avenir

« Nous avons reçu 18 réponses pour l’appel à manifestations sur le grand éolien. Et nous avons 350 affaires en cours dans le cadre des Investissements d’avenir, » indique François Loos, président de l’Ademe.

La trajectoire du Grenelle déviée vers le bas

« 80% des engagements du Grenelle de l’environnement sont en phase avec les objectifs. Nous sommes un tout petit peu en-dessous de la trajectoire cible souhaitée », note Pierre-Franck Chevet, Directeur général de l’énergie et du climat (DGEC).

EDF va intensifier ses investissements

« Nous allons intensifier nos investissements dans les deux domaines stratégiques que sont le nucléaire et les énergies renouvelables. EDF vise 200 GW de capacités installées dans le monde en 2020, dont 25% seront des énergies renouvelables », rappelle Bernard Salha, directeur recherche & développement EDF.

Fin de la catalyse pour les énergies renouvelables

« Les énergies renouvelables sont dans un changement de paradigme : nous sommes en train de passer de la catalyse à la compétitivité. Le coût de production du kWh à base d’énergies renouvelables diminue et se rapproche de la parité réseau. La catalyse, ce n’est pas fait pour durer et c’est bientôt fini pour le secteur », juge Serge Savasta, responsable de l’activité EnR de Crédit Agricole PE (CAPE).