CitéGreen parie sur les éco-gestes et 100 000 adhérents fin 2012

Print Friendly, PDF & Email

Réduire le bilan carbone d’un individu en récompensant ses éco-gestes : c’est ce que propose CitéGreen, une société parisienne fondée en juin 2011, qui ouvre son site internet. Un positionnement proche de celui de MyCO2, autre start-up française qui vient de lancer un système poussant à la consommation responsable via des « coupons verts ».

Le principe est simple : les particuliers s’inscrivent gratuitement pour choisir les actions (recyclage et réemploi, eco-mobilité, énergie…) pour lesquelles ils veulent être récompensés. Les entreprises partenaires du site (comme ConsoGlobe, site de produits responsables, ou CityZenCar, spécialiste de l’autopartage) se chargent d’authentifier les éco-gestes des utilisateurs. Ceux-ci sont alors rétribués sous forme de points destinés à la consommation de produits verts (bios, équitables ou éco-conçus) ou de loisirs numériques. La start-up se rémunère sur la fidélisation apportée à ses partenaires et en touchant une commission auprès des 14 marques cadeaux partenaires, comme Ideo (vêtements en coton bio), LeKiosque.fr ou encore CanalPlay.

Des produits de première consommation et des loisirs

« Une société durable en termes de consommation favorise l’accès aux produits verts mais également à la culture pour le plus grand nombre » explique Emmanuel Touboul, l’un des trois fondateurs de l’entreprise. Il s’appuie sur une étude de marché qui montre que le client-cible attend aussi bien des produits de première consommation que des loisirs. CitéGreen compte toucher 60% des Français, sur un segment urbain et périurbain.

L’objectif de cette équipe de 5 personnes, implantée dans l’incubateur Créanova de Belleville, est de rassembler une communauté de 100 000 adhérents dès la fin de l’année et d’être rentable en 2014. En attendant d’y parvenir, l’entreprise a levé des fonds auprès de ses proches et d’investisseurs privés, en décembre dernier. « On est à 150% de l’objectif que nous souhaitions atteindre, ce qui est suffisant pour aller jusqu’au bout des expérimentations de cette année 2012 », explique Julien Schweickardt, président de CitéGreen.

Pour le tri des déchets, il annonce une alliance dès le premier semestre 2012 avec les collectivités locales. Celles-ci équipent leurs poubelles de puces RFID et leurs camions de collecte d’un système qui mesure actuellement la quantité de déchets triés de 2 millions de Français.

Le procédé existe déjà au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, avec RecycleBank. Et cette entreprise américaine obtiendrait de bons résultats en termes d’évolution du comportement, selon Julien Schweickardt. Sur le même modèle, pour chaque « kilo » de déchet trié, CitéGreen créditera le compte des citoyens de points.

200 euros en moyenne par an de pouvoir d’achat

Les chiffres sont séduisants : « un utilisateur pourra se voir redistribuer l’équivalent de 200 euros en moyenne par an de pouvoir d’achat sur des produits responsables », déclare Emmanuel Touboul. Exemple en matière d’écomobilité : deux trajets quotidiens en Vélib’ (un partenariat avec la mairie de Paris débutera à l’été 2012) pendant une semaine permettent de gagner 2 VOD sur CanalPlay ou 10 euros de réduction sur les t-shirts de la marque Tudo Bom.

Face à ses concurrents (MyCO2, Transway), CitéGreen se prévaut de ne pas inciter à l’achat. Son programme grand public calcule les récompenses des utilisateurs en fonction de l’empreinte carbone pour redonner de l’accessibilité aux produits verts (25% plus chers) par le pouvoir d’achat.