Première entrée en Bourse de 2012 en demi-teinte dans les biocarburants aux USA (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

Malgré des objectifs modestes pour le secteur des biocarburants, Renewable Energy Group (REG), le plus grand producteur de biocarburants des Etats-Unis, a levé 72 millions de dollars (55,7 millions d’euros) ...

le 19 janvier, pour son introduction sur le Nasdaq, alors qu’il visait 86 M$. Le prix d’émission a été fixé à 10 dollars, un niveau inférieur à la fourchette de 13 à 15 dollars, annoncée début janvier.

REG ne fait pas partie des nombreuses start-up du secteur : l’entreprise a été fondée dès 1996 dans l’Iowa. Elle travaillait au début avec de l’huile de soja, et, depuis 2009, diversifie ses matières premières en utilisant d’autres ressources non agricoles (graisses d’origine animale, huile de cuisine usagée…). REG exploite six sites de production, tous aux Etats-Unis, d’une capacité cumulée de près de 900 millions de litres par an. Le groupe veut aujourd’hui se diversifier dans d’autres types de biocarburants, et plus généralement dans la chimie verte, et vise un développement à l’international.

Depuis 2008, REG a enregistré des pertes toutes les années, qui ont atteint 21,6 millions de dollars en 2010. Mais sur les neuf premiers mois de 2011, la société a annoncé un bénéfice net de 781 000 dollars (contre près de 5 millions de pertes sur la même période en 2010).

En 2011, selon ses estimations, ses ventes ont bondi de 116% par rapport à 2010, profitant de la législation américaine qui exige que 7,5 milliards de gallons (28 milliards de litres) de biocarburants soient ajoutés aux carburants classiques en 2012.

Des pertes de valeur importantes

REG ne manque pas d’audace au vu des résultats enregistrés par d’autres sociétés des biocarburants qui n’ont pas réussi à concrétiser leurs objectifs lors de leur entrée en Bourse et qui ont par la suite vu leur valeur dégonfler. KiOR, qui convertit des copeaux de bois en additifs à l’essence et qui est exemple le plus récent de cette tendance, avait réussi à lever 162 millions de dollars en juin 2011, moins que les 240 millions qu’il visait au départ, mais a perdu 30% de sa valeur depuis son introduction.

Amyris, qui fabrique des biocarburants de 3ème génération à partir de micro-organismes transformant le sucre en éthanol, coté depuis septembre 2010 au Nasdaq et qui avait réussi à lever 85 millions de dollars en pleine crise boursière, a perdu 36% de sa valeur. Mais le cas le plus critique reste Gevo, producteur d’isobutanol, un dérivé alcoolique qui peut être utilisé comme additif à l’essence et dont Total est actionnaire depuis 2009 : l’entreprise a levé 107 millions de dollars lors de son introduction, en février 2011, avant de perdre 60% de sa valeur en moins d’un an.

Cette première introduction en Bourse de 2012 est donc particulièrement intéressante pour les producteurs de biocarburants tels que BioAmber, Mascoma, Fulcrum BioEnergy et Coskata (dont Total détient plus de 5%) qui ont, aussi, annoncé des IPO.