La Basse-Normandie se dote d’un ambassadeur pour l’éolien en mer

Print Friendly, PDF & Email

Les énergies marines, éolien offshore en tête, sont l’une des priorités industrielles de la Basse-Normandie : la région se dote d’un ambassadeur pour appuyer leur développement. Le préfet « hors cadre » Jean-Pierre Laflaquière vient d’être nommé pour renforcer les liens avec les industriels engagés dans les différents projets d’énergies marines renouvelables (EMR), notamment dans le cadre de l’appel d’offres clos récemment sur l’éolien marin et portant sur 3 GW de puissance, dont 500 MW en Basse-Normandie au large de Courseulles-sur-Mer. Il s’impliquera aussi dans le deuxième appel d’offres sur l’éolien marin, dont le lancement est prévu au printemps 2012, sur des zones encore à définir.

En tant que délégué général aux Energies marines renouvelables, Jean-Pierre Laflaquière devra aussi  déterminer les formations à développer sur les EMR pour répondre aux besoins des entreprises. Il sera aussi un interlocuteur privilégié pour assurer les relations entre la région, l’Etat et l’Europe sur cette filière. Cette nomination a été faite par Laurent Beauvais, président de la Région Basse-Normandie, Jean-François Le Grand, président du Conseil général de la Manche, et Bernard Cazeneuve, président de la Communauté Urbaine de Cherbourg.

La Basse-Normandie veut profiter des retombées économiques des énergies renouvelables en mer. Dans l’éolien marin, en marge de l’appel d’offres sur 3 GW, Alstom projette à Cherbourg la construction d’une usine de mâts, et une usine de pales avec LM Wind Power. Jean-Pierre Laflaquière suivra de près le dossier.

Sexagénaire, Jean-Pierre Laflaquière était préfet de la Manche depuis 2009 mais a été « écarté  » de son poste en juillet 2011 pour être nommé préfet hors cadre. De 2006 à 2009, il a été préfet de la région et du département de Guyane et, de 2005 à 2006, préfet délégué pour la sécurité et la défense auprès du préfet de la région Rhône-Alpes. Il est diplômé de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr et de l’Institut d’administration des entreprises de Paris.