[Exclusif] Plus de 20 milliards d’euros de deals dans les cleantech en 2011

Print Friendly, PDF & Email

Baromètre GreenUnivers – La Tribune

logo-greenunivers-224x50

Le baromètre GreenUnivers/La Tribune du 4ème trimestre 2011 recense 70 levées de fonds et fusions-acquisitions d’importance, pour un montant de 2,3 milliard d’euros (*), en net recul par rapport aux 90 deals d’un total de 8,8 milliards d’euros du 4ème trimestre 2010. C’est néanmoins un niveau plus élevé que celui du 3ème trimestre 2011 (1,6 milliard d’euros).

A l’international, hors deals impliquant des entreprises françaises, nous avons recensé 34 opérations notables, pour un total de 2,74 milliards de dollars (2,1 milliards d’euros), contre un record de 46 opérations d’un total 11,2 milliards de dollars (8,6 milliards d’euros) un an plus tôt et 1,76 md de dollars au 3ème trimestre 2011. Il s’agit donc d’une forte baisse sur un an mais d’un rebond par rapport au 3ème trimestre, porté par un regain d’intérêt pour l’éolien offshore, l’efficacité énergétique et l’innovation dans le solaire.

En France, nous avons comptabilisé ce trimestre 36 opérations pour un montant global de 190,9 M€, contre 43 transactions pour 162,7 M€ millions d’euros sur la même période il y a un. Une petite hausse en valeur mais en revanche la tendance est à la baisse par rapport au troisième trimestre 2011, où 27 opérations avaient été comptabilisées mais pour 344,2 M€.

Sur l’ensemble de 2011, le montant global des transactions marque une forte baisse à 20,4 milliards d’euros, contre 31,6 milliards d’euros en 2010. Une chute due à l’international où le montant s’élève à 24,25 milliards de dollars (19 milliards d’euros) en 2011 contre 30,2 milliards de dollars en 2010, soit une réduction de près de 7%, faute de grosses opérations au 2ème semestre. Pour la France, le bilan annuel est au contraire en très forte hausse : 7,1 milliards d’euros contre 1,4 milliard d’euros en 2010, soit un bond de 400% dû essentiellement à quelques très grosses fusions-acquisitions au premier semestre.

* : tous les montants ne sont pas connus

Analyse sectorielle détaillée après les tableaux

International

Les 10 premières levées de fonds et fusions-acquisitions internationales au 4ème trimestre 2011
Pays Secteur Opération Montant
1 Espagne/USA Solaire thermique Le fonds américain First Reserve Corporation rachète 15,9% de l’espagnol Abengoa, l’un des leaders mondiaux du solaire thermique 390 M$ / 300 M€
2 Japon Eolien Toyota s’empare de la branche éolien de la compagnie d’énergie japonaise Tepco 263 M$ (202 M€)
3 USA Transports/Bornes de recharge pour véhicules électriques Better Place lève encore des fonds dans un deal qui le valorise à 2,25 mds $, notamment auprès de GE et UBS 200 M$ (153 M€)
4 Allemagne/Chine Eolien Siemens s’allie à Shanghai Electric pour conquérir le marché éolien chinois 169 M$ (130 M€)
5 USA/Corée du Sud Solaire Les couches minces de l’américain Stion séduisent des investisseurs coréens, dont Avaco 130 M$ (100 M€)
6 USA Bâtiment vert/Eclairage Le californien Soraa, spécialiste des LED bon marché, séduit les grands fonds US 88,6 M$ (68 M€)
9 Espagne/Corée Solaire Isofoton, vétéran espagnol du solaire, renfloué par Samsung 65 M$ (50 M€)
7 USA/Inde Eolien GE réalise son premier investissement dans l’éolien en Inde avec le groupe Greenko 50 M$ (38 M€)
8 Allemagne/USA Transports/Batteries BASF investit dans le groupe de batteries au soufre de Sion Power 50 M$ (38 M€)
10 USA/Chine Solaire Sunpreme (panneaux solaires à haut rendement) lève 50 millions de dollars auprès de l’IFC (Banque mondiale) et de fonds américains et chinois 50 M$ (38 M€)

France

Les 5 premières levées de fonds et fusions-acquisitions menées par des entreprises françaises au 4ème trimestre 2011
Pays Secteur Opération Montant
1 France/Etats-Unis Solaire Le groupe Total transfère au numéro deux américain des panneaux solaires SunPower, qu’il a racheté en juin 2011, le contrôle de sa filiale française Tenesol et accroît, au passage, sa participation dans SunPower de 60 à 66% 127 M€ (165,4 M$)
2 France Composants pour LED et photovoltaïque Soitec s’empare d’Altatech Semiconductor, une société qui conçoit des équipements de fabrication de plaques de silicium, pour accélérer son développement sur le marché des systèmes photovoltaïques à concentration et des LED 15 M€
3 France/Canada Stockage d’énergie Le groupe Bic passe à l’action dans le stockage d’électricité et entre au capital du canadien Angstrom Power, spécialisé dans les micro-piles à combustible 13,5 M€
4 France Solaire Vol-V relève des fonds auprès de son actionnaire historique, le fonds Eurofideme 2 géré par Natixis Environnement & Infrastructures, pour se développer dans le solaire 6 M€
5 France Bâtiment vert (éclairage) Lucibel, l’une des jeunes sociétés françaises les plus ambitieuses sur le marché des LED, boucle un tour de table auprès d’une soixantaine d’investisseurs privés qui prennent 20% du capital 3,9 M€

Top annuel 2011 international

Les 5 plus grosses  levées de fonds et fusions-acquisitions internationales en 2011
Pays Secteur Opération Montant
1 Espagne Eolien, solaire Iberdrola rachète sa filiale Iberdrola Renovables, à la moitié de son cours d’introduction 2,5 Mds € (3,4 Mds $)
2 Japon/Suisse Smart grid Toshiba rachète Landis+Gyr, n°1 mondial des compteurs intelligents 2,3 Mds $
3 Norvège, Chine Silicium pour cellules PV Orkla vend son joyau solaire Elkem au chinois BlueStar 2 Mds $
4 Chine Eolien Entrée en Bourse mitigée pour le chinois Sinovel, n°2 mondial des éoliennes 1,43 Md $
5 Allemagne/Belgique Eolien ZF Friedrichshafen rachète l’un des leaders des multiplicateurs de vitesse, Hansen Transmissions 725 M$ (508 M€/445 M£)

Top annuel 2011 en France

Les 5 plus grosses levées de fonds et fusions-acquisitions françaises en 2011
Pays Secteur Montant (Millions €)
Opération
1 France/Etats-Unis Efficacité énergétique Le groupe américain General Electric acquiert 90% de l’un des fleurons français de la conversion électrique et de l’automation, Converteam (ex Alstom Power Conversion) 3,2 Mds $ (2,2 Mds €)
2 France/Espagne Smart grid Schneider Electric lance une OPA amicale sur l’éditeur espagnol Telvent, spécialisé dans les solutions informatiques pour la gestion en temps réel des infrastructures critiques dans l’énergie, des transports et la gestion de l’eau 1,4 Mds € (2 Mds $)
3 France Energies renouvelables Le groupe EDF rachète les 50% du capital de sa filiale dédiée aux énergies vertes EDF EN qu’il ne détenait pas 1,05 Mds € (sans compter les actions EDF EN échangées contre des titres EDF)
4 France/Etats-Unis Solaire Le pétrolier Total s’empare du fabricant américain de panneaux photovoltaïques SunPower 900 M€ (1,3 Mds $)
5 France/Chine Efficacité énergétique Schneider Electric acquiert le chinois Leader Harvest Power Technologies, spécialiste des moteurs industriels économes en énergie 450 M€ (650 M $)

Analyse sectorielle

A l’international, les turbulences du solaire en première ligne

Le dernier trimestre 2011 a été marqué par une tornade pour les groupes solaires mondiaux : faillites de grands acteurs (comme les allemands Solon et Solar Millennium, ou encore Stirling Energy Systems aux Etats-Unis), réductions drastiques d’activités chez Conergy ou REC, licenciements chez SunPower et MEMC. Plus globalement, les marges et les résultats fondent chez tous les leaders, pénalisés par un marché européen qui ralentit et une surproduction de panneaux qui lamine les prix. Autre grande tendance du 4ème trimestre, la présence accrue d’investisseurs coréens et chinois.

Parallèlement des pays comme l’Allemagne et la Grande-Bretagne ont annoncé de fortes baisses de leurs subventions au solaire, et des groupes comme BP et Google ont décidé de renoncer au secteur : BP revendra en 2012 le portefeuille d’installations de sa filiale BP Solar et Google interrompt ses recherches dans le solaire thermique. En revanche, les parcs solaires déjà installés en cours de construction, qui bénéficient de subventions ou d’accords d’achat d’électricité à long terme, ont attiré les investisseurs : le milliardaire Warren Buffett a pris de grosses participations dans les futures fermes solaires californiennes Topaz et Agua Caliente, Google a également investi dans de grandes installations solaires et éoliennes.

Côté deals, les investisseurs cherchent des solutions bon marché, comme les couches minces de l’américain Stion Power et les centrales solaires thermiques déjà matures du groupe espagnol Abengoa. Ils ciblent aussi les innovations : Isofoton, l’un des vétérans mondiaux des cellules solaires, s’est résigné à céder sa précieuse technologie à Samsung, l’américain SunPreme a trouvé 50 millions de dollars et le géant ABB a misé sur le photovoltaïque à concentration de l’américain Greenvolts. Globalement, nous avons recensé 772 M$ de deals dans le solaire au 4ème trimestre.

L’éolien survolté

Avec 1,5 mds$ , l’éolien a connu une fin d’année très active sur le plan des fusions-acquisitions : nous aurions presque pu inclure dans notre Top 10 le rachat par le groupe chinois Three Gorges de 21,35% de la compagnie d’électricité portugaise EDP (pour 2,7 milliards d’euros), dont le point fort est sa branche d’énergies renouvelables EDP Renovaveis, 3ème développeur éolien mondial. EDP vient d’ailleurs de préciser que le groupe chinois investira 2 mds € dans les parcs éoliens d’EDP, sur les 2,7 mds € d’investissements annoncés.

Autre grosse opération, la revente de la branche éolienne de l’opérateur japonais Tepco, contraint de trouver des fonds après Fukushima. En Inde, nouvel Eldorado des cleantech, General Electric a investi 50 millions de dollars pour développer 500 MW avec le groupe Greenko, qui apporte 65 millions de dollars. Siemens et son allié chinois Shanghai Electric, ont décidé d’investir dans deux coentreprises qui fabriqueront des turbines pour les marchés chinois et mondial. Cette alliance donne naissance à un nouvel acteur de poids dans le secteur.

Dans les transports (303 M$ de deals), secteur également très actif au 4ème trimestre, Better Place reste convaincant : le spécialiste des bornes de recharge a levé 200 millions de dollars en se valorisant 2,25 milliards de dollars, un exploit alors que le marché des voitures électriques n’a toujours pas décollé. BASF a apporté 50 millions de dollars aux batteries au soufre de l’américaine Sion Power, et une alliance russo-chinoise baptisée Liotech a construit la plus grande usine de batteries lithium-ion au monde.

Le japonais IHI Corporation a investi dans l’américain A123 et le fabricant de motos électriques Brammo a accueilli dans son capital le géant américain des motoneiges Polaris Industries et Proterra (bus électriques) a attiré des fonds.

Le smart grid et l’efficacité énergétique en vedette

L’un des secteurs les plus courus reste celui du smart grid et de l’efficacité énergétique. Ainsi ABB a racheté un spécialiste de l’intégration des EnR dans les îles, Powercorp, Siemens s’est offert l’un des leaders mondiaux des logiciels pour compteurs intelligents, l’américain  eMeter, dans une transaction au montant non dévoilée qui fait certainement partie du Top 10,  et Silver Spring Networks, autre spécialiste américain des logiciels pour compteurs, a levé 30 M$ . Les solutions d’économies pour les datas centers et les puces sont recherchées : Power Assure a reçu de nouveaux fonds d’ABB pour des data centers verts et les puces économes de Quantance.

Les LED aussi ont la cote : l’américain Soraa a levé 88,6 millions de dollars, Bridgelux décroche de nouveaux fonds pour ses LED discount et Intel a investi 14,2 millions de dollars dans une start-up spécialisée dans le contrôle de l’éclairage, Enlighted.

Dans les biocarburants, le pétrolier Total a été l’un des acteurs les plus actifs : avec d’autres il a investi dans la société américaine Agilyx, qui reconvertit le plastique usagé en pétrole, et Coskata, start-up américaine de biocarburants où Total a investi, veut s’introduire en Bourse pour lever 100 millions de dollars.

En France, une fin d’année décevante

Dans l’Hexagone, le quatrième trimestre marque un essoufflement, en ligne avec le contexte économique et financier. Le nombre de transactions recensées reste important : 36, dont 20 levées de fonds et 16 fusions-acquisitions. Mais en valeur, le bilan est décevant à près de 191 millions d’euros, ce qui en fait le trimestre le plus faible de l’année. Globalement, l’année 2011 est assez clairement coupée en deux tendances : un premier semestre record à 6,6 milliards d’euros, avec quelques très grosses opérations, et un second semestre beaucoup plus calme avec 535 millions de deals.

L’absence de grosses opérations est frappante sur le dernier trimestre où la première marche du podium est occupée par le pétrolier Total, qui a organisé son activité solaire : il a transféré au numéro deux américain des panneaux solaires SunPower, qu’il a racheté en juin 2011, le contrôle de sa filiale française Tenesol pour 127 millions d’euros. Une somme remboursée à SunPower via l’achat parallèle de 163,7 millions de dollars ses actions. Total a ainsi accru sa participation dans SunPower de 60 à 66%.

Les grands groupes absents, place aux PME

En-dehors de Total, les grands groupes, très actifs au premier semestre, brillent par leur absence, laissant la voie aux entreprises de taille moyenne. Sur les deux autres marches du podium, on trouve ainsi le groupe isérois Soitec qui s’empare d’une société de composants technologiques pour accélérer sur ses nouveaux marchés du photovoltaïque à concentration et des LED, et le spécialiste des stylos, briquets et rasoirs jetables Bic qui s’intéresse au stockage via les micro-piles à combustible du canadien Angstrom Power.

Vient ensuite une myriade de petites acquisitions, dont les montants ne sont pas toujours connus. Le secteur du recyclage a été particulièrement actif, avec quatre opérations : les groupes comme Paprec et Guy Dauphin Environnement continuent leurs emplettes pour se renforcer, profitant de la crise qui lamine les marges des plus petits acteurs. Le secteur de l’eau, avec trois rachats, est également en consolidation.

Alors que le marché des véhicules électriques tarde à décoller, le secteur des transports n’a connu qu’une seule opération notable : le rachat du français Goupil, une PME très dynamique spécialisée dans les petits utilitaires électriques et hybrides, de la voiturette de golf au petit fourgon de transport, par le groupe américain Polaris, pour un montant resté confidentiel.

La biomasse double le solaire

Les 20 levées de fonds recensées pour 31,7 millions d’euros montrent aussi une très grande dispersion. En l’absence de grosses opérations, c’est le développeur et producteur d’énergies renouvelables Vol-V qui arrive en tête : il a levé 6 millions d’euros auprès de son actionnaire, le fonds Eurofideme 2 géré par Natixis Environnement et Infrastructures, pour se développer sur le marché solaire. Vient ensuite Lucibel, une start-up ambitieuse dans les LED (diodes électroluminescentes) avec près de 4 millions collectés.

La répartition par secteurs ne fait pas apparaître de leader clair même si les énergies renouvelables restent le domaine de prédilection des investisseurs. Le solaire a moins la cote et la biomasse arrive, en effet, au premier rang avec 8,7 millions d’euros de levées de fonds, dont la plus importante est signée par le producteur de granulés de bois Cogra : il a réussi à récolter 2,5 millions lors de son introduction en Bourse, malgré un contexte très difficile sur les marchés. Le solaire suit avec 8 millions d’euros.

Des domaines traditionnels comme l’eau et le recyclage tirent leur épingle du jeu même si les montants sont très modestes. Et un nouveau secteur attire de plus en plus les fonds : la chimie verte, qui a notamment pour objectif de développer des solutions alternatives aux produits parapétroliers. En témoigne le récent tour de table de la start-up Olygose, qui a levé 2 millions d’euros, dont la moitié auprès du fonds Emertec, pour avancer ses recherches sur son procédé d’extraction visant à valoriser des co-produits issus du raffinage de la graine de pois.