Éolien en mer : Areva recrute un capitaine au long cours au Royaume-Uni

Print Friendly, PDF & Email
Julian Brown

Le groupe nucléaire français finit de peaufiner son équipe de managers dans l’éolien offshore. Après Jean Huby promu en mai dernier grand patron d’Areva Wind, et Philippe Kavafyan, directeur d’Areva Wind France, l’entreprise nomme Julian Brown comme directeur au Royaume-Uni. Sa mission est double : gagner une pluie de contrats dans le cadre des marchés ouverts par le Round 3 outre-Manche (32 GW environ à déployer dès 2014-2016) et mettre en place une stratégie industrielle sur le territoire britannique.

Avec Julian Brown, Areva recrute un profil expérimenté sur l’éolien en mer et un très bon connaisseur du marché britannique. Il a été à la tête pendant plus de sept ans (2004-2011) de Julian Brown Associates, un cabinet de conseil spécialisé dans l’éolien (industrie, chaîne d’approvisionnement). Il s’est notamment investi dans l’offshore et les développements du Round 3. Parallèlement, il est co-fondateur du cabinet de conseil britannique BVG Associates, présent dans l’éolien et les énergies marines renouvelables.

Expérience et réseaux

De 2000 à 2004, il a été à la tête de NEG Micon Rotors (groupe danois NEG Mico), entreprise phare de l’industrie éolienne britannique, aujourd’hui partie intégrante du groupe Vestas (fusion en 2003). À ce poste, il a mené notamment le développement de l’unité de production de pales de l’Île de Wight, au sud du pays.

Grâce à son parcours, il dispose de nombreuses connexions, notamment politiques, dans l’éolien offshore outre-Manche : pouvoirs publics, industriels, développeurs, sous-traitants. Avant 2000, il occupa plusieurs postes à responsabilité dans les secteurs de l’aéronautique et des hautes technologies.

Ambitieux sur l’éolien offshore, où le groupe veut faire partie durablement du top 3 européen, Areva fait du Royaume-Uni l’un des axes clés de sa croissance. Le groupe vise presque exclusivement l’équipement des gigantesques parcs du Round 3, à l’image des plus symboliques : Dogger Bank (9.000 MW), East Anglia (7.200 MW), Irish Sea (4.185 MW), Hornsea (4.000 MW)… Areva Wind offre une turbine de 5 MW, la même qu’il propose dans le cadre de l’appel d’offres français (3.000 MW).

Areva Wind dispose d’une base industrielle en Allemagne (Bremerhaven, Stade) où il souhaite doubler sa capacité industrielle, fort de nouveaux contrats. En France, il vise au Havre (Seine-Maritime) un complexe industriel complet (pales, turbines, plateforme technologique) s’il remporte deux fermes minimum. Au Royaume-Uni, une base industrielle est également envisagée, mais ses contours ne sont pas encore arrêtés.