Appel à projets dans la géothermie

Print Friendly, PDF & Email

La machine des appels à manifestations d’intérêt dans le cadre du programme des Investissements d’avenir continue à parfaitement fonctionner : après la chimie du végétal, le grand éolien ou encore les réseaux électriques intelligents, c’est au tour de la géothermie d’être à l’honneur.

La géothermie, qui consiste à exploiter la chaleur contenue dans le sous-sol, permet de chauffer des bâtiments et de produire de l’électricité. Cette énergie renouvelable est encore très peu développée en France.

Une énergie encore embryonnaire

Pour la production de chaleur, le pays comptait en 2010 une capacité installée de 1 345 MW pour une production annuelle de 3 591 GWh. A titre de comparaison, l’Allemagne se situait à des niveaux proches alors que la Suède, l’un des pays les plus en pointe en Europe, affichait une puissance installée de 4 460 MW pour une production de 12 584 GWh.

Pour la production d’électricité, la France avait une capacité installée de seulement 16 MW en 2010 pour une production annuelle de 95 GWh. Elle vise 35 MW en 2015. L’Allemagne est encore plus en retrait (6,6 MW de capacité installée en 2010) alors que l’Italie, très en pointe, atteignait 843 MW de capacité installée en 2010 pour une production  annuelle de 5 520 GWh (source : Ademe).

La centrale de Bouillante, en Guadeloupe, est la grande référence française en termes de géothermie avec une production électrique annuelle de 95 GWh. En métropole, un programme européen de géothermie profonde est menée sur le site pilote de Soultz-sous-Forêts (Bas-Rhin).

Travailler sur des démonstrateurs

Le Grenelle de l’Environnement prévoit une accélération d’ici à 2020 avec un objectif six fois plus important qu’aujourd’hui pour la production de chaleur et cinq fois plus important pour la production d’électricité à 80 MW, presque exclusivement dans les territoires d’outre-mer. L’objectif est qu’en 2020, 20 % de l’électricité produite dans l’ensemble des DROM-COM soit d’origine géothermique.

L’AMI lancé aujourd’hui doit favoriser l’atteinte de ces objectifs via des démonstrateurs. Il cible les deux axes : production de chaleur et production d’électricité.

Les projets proposés devront :

  • Favoriser l’amélioration de la compétitivité de la filière grâce à une meilleure maîtrise des coûts liés à la production énergétique.
  • Permettre d’accroître le potentiel des ressources géothermiques exploitables.
  • Favoriser l’acceptation et l’intégration des différentes technologies au niveau territorial.
  • Aider à limiter les impacts environnementaux des installations.

La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 20 mars 2012.

Pour en savoir plus :

Site de l’Ademe

Site des Investissements d’avenir