Dans l’ombre de quelques stars, ZeaChem continue sa route vers les bioénergies

Print Friendly, PDF & Email

Sur le marché mondial des biocarburants et des matériaux biosourcés (chimie verte), et comme une très grande majorité de ses concurrents, l’américain ZeaChem est lancé dans une course à l’industrialisation. Pour financer cette quête – après avoir levé 34 millions $ en janvier 2009 – la société ne vise pas la Bourse comme les américains KiOR, Amyris et Solazyme, ainsi que le français Global Bionenergies, qui se sont cotés avec succès ces derniers mois, et que veulent imiter Mascoma ou Fulcrum BioEnergy. ZeaChem boucle simplement un troisième tour de table raisonnable, à l’heure où ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.