Bridgelux décroche de nouveaux fonds pour ses LED discount (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

Ascension fulgurante pour le spécialiste californien des LED Bridgelux, qui prévoit un quasi-triplement de ses ventes cette année et vient de lever encore 15 millions de dollars, en promettant de commercialiser dès 2013 des LED considérablement moins chères que ses concurrents. Début août, Bridgelux avait déjà levé 60 millions $ dans un cinquième tour de table, auprès du fonds Craton Equity Partners. Au total, la jeune société a levé environ 180 millions de dollars depuis sa création en 2002.

Bridgelux a le vent en poupe : elle a réalisé un chiffre d’affaires ...

de 32 M$ en 2010 et attend 80 M$ cette année. Une bonne fortune partagée par ses concurrents, tous couverts d’or par les fonds d’investissement enthousiasmés par le potentiel de ce nouveau marché.

Ce nouveau tour de table a été apporté par les fonds VantagePoint Capital Partners, DCM, El Dorado Ventures, Novus Energy Partners, IFA, Chrysalix, Harris & Harris Group, Craton Equity Partners, Jebsen Asset Management et Passport Capital.

Bridgelux a une spécificité : la société, l’un des seuls fabricants intégrés verticalement, compte utiliser ces fonds pour développer une nouvelle technologie de LED à base de nitrate de gallium (GaN) sur silicium, pour produire des LED bien moins chères que les LED classiques, qui utilisent une base de saphir.

La production à grande échelle de LED à base de wafer de silicium est un Graal poursuivi par de nombreux fabricants, car cela permettra de diviser par deux ou trois le prix des LED et faire basculer le marché de l’éclairage, un marché d’un potentiel de 100 milliards de dollars par an.

Le marché mondial des LED pourrait atteindre 25 milliards de dollars en 2015, estime Bridgelux, contre seulement 3 milliards en 2010.

Les fonds croient aux LED

Les investisseurs sont convaincus de l’avenir radieux des LED, et financent les start-up sans barguigner :  en France, Homelights, Ledpower et Neolux ont levé des fonds, et cette semaine Lucibel, et à l’international, les américaines Nuventix, Lemnis Lighting, Adura et Redwood Systems, ou encore la canadienne Lumenpulse, l’allemand Azzurro, l’irlandais Nualight (qui a racheté un concurrent) et le suisse Emerald ont toutes été financées. Et Lighting Science Group (LSG), dont les luminaires éclairent les grands magasins newyorkais Saks et Macy’s et la patinoire de Bryant Park, a déposé un dossier d’introduction sur le Nasdaq en début d’année.

La tendance est favorable aux LED, d’autant plus que les fabricants savent de mieux en mieux donner un ton plus chaleureux à leur lumière blanche, et même en faire des ampoules qui émettent dans toutes les directions, plutôt qu’un faisceau de lumière. Grâce à leur très faible consommation — 5% de celle d’une ampoule à incandescence– les diodes pourraient conquérir le secteur du commerce, en particulier le commerce haut de gamme. Et dans 10 ans, selon les analystes, elles pourraient représenter 20% du marché de l’éclairage et un marché mondial de plus de 25 milliards de dollars.

Tous les analystes prévoient donc une envolée spectaculaire du marché des LED dans les trois ans. Selon une étude de Digitimes, les LED pourraient représenter 16% du marché mondial de l’éclairage dès 2013, et la production mondiale de LED, utilisées aussi dans les écrans de télévision et les appareils portables, entre autres, dépasserait en valeur 20 milliards de dollars dans trois ans. Une étude de Research in China table également sur un marché de 20,4 milliards en 2012, plus optimiste cependant que d’autres études qui tablent sur un marché de 14,5 milliards pour 2015.

La production mondiale de LED devrait croître de 25% en moyenne entre 2011 et 2013.