Veolia Environnement remanie son état-major

Print Friendly, PDF & Email
Denis Gasquet (DR)

Antoine Frérot, PDG du numéro un mondial du traitement de l’eau et des déchets, modifie son équipe dirigeante à l’heure de la mise en place d’un nouveau régime sévère pour améliorer les résultats du groupe, avec une accélération des cessions d’actifs et un recentrage sur 40 pays contre 77 aujourd’hui. Un an après avoir succédé à Henri Proglio, il renforce ainsi sa garde rapprochée en nommant des managers à lui, qui intègrent le comité exécutif.

Denis Gasquet (photo), déjà directeur général exécutif et directeur des opérations, quitte la tête de l’activité propreté pour mettre en oeuvre le plan de réduction des coûts. Ce polytechnicien de 57 ans, également diplômé de l’Ecole nationale du génie rural, des eaux et forêts, voit ainsi son rôle renforcé. Il prend la responsabilité d’une équipe chargée de l’organisation, la réduction des coûts et la performance opérationnelle (Lire son interview dans notre « Panorama des cleantech en France en 2011 »).

Jérôme Le Conte, X-Ponts de 59 ans et directeur des opérations de Veolia Propreté depuis décembre 2009, succède à Denis Gasquet et est nommé directeur général adjoint de Veolia Environnement en charge de la division propreté.

Franck Lacroix, 47 ans, diplômé de l’Ecole centrale de Marseille et directeur général France de Dalkia depuis 2008, est promu directeur général adjoint de Veolia Environnement en charge de la division énergie. Il remplace Olivier Barbaroux, qui quitte le groupe.

Enfin, Jean-Marie Lambert, 54 ans, diplômé de l’IEP Paris et titulaire d’une licence d’histoire, DRH de Veolia Eau depuis 2003, devient directeur général adjoint de Veolia Environnement en charge des RH. Il remplace  Véronique Rouzaud, appelée à d’autres fonctions au sein du groupe.

Veolia Environnement a annoncé en fin de semaine dernière une perte nette semestrielle de 63 M€, en raison de premières provisions passées en vue de son projet de recentrage géographique et de dépréciations d’actifs non récurrentes, contre 374 millions de profits il y a un an (part du groupe). Son chiffre d’affaires est cependant en hausse à 16,3 Mds €, au lieu de 14,1 Mds au premier semestre 2010. Un plan de réduction supplémentaire des coûts a été annoncé, pour économiser au moins 150 millions de plus en 2013 et 250 millions d’ici à 2015.