Mobilité électrique : l’Avere relance son concours des villes championnes

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email

Quelle ville compte le plus de voitures ou de bus électriques publics ? Le plus de bornes ? De covoiturage ? Réponses grâce à l’Avere, qui lance la deuxième édition de son concours national des villes les plus « électromobiles » de France.

En 2010, onze cités électromobiles avaient été couronnées : Pertuis, Cagnes-sur-Mer, Gap, Grasse, Bourges, Angoulême, La Rochelle, Orléans, Nice, Rennes et Strasbourg.

L’Avere, association professionnelle pour le développement de la mobilité électrique, adossée à un réseau européen du même nom, semble ainsi pérenniser cette compétition.

Au delà des villes récompensées, cette initiative vise à identifier et partager les bonnes pratiques autour de la mobilité durable en France. Ce concours cherche aussi à influencer les collectivités, en aiguillant leur réflexion sur le transport propre en général, et l’électromobilité en particulier, nous a expliqué l’Avere. Les villes de France, petites et grandes, et les intercommunalités ont jusqu’au 15 octobre pour présenter leur stratégie, leurs résultats et leurs projets.

L’association nous a annoncé également préparer le lancement d’ici la fin de l’année d’une sorte de « club » des villes électromobiles afin d’aider à l’émergence d’une filière nationale.

Résultats au salon des Maires de novembre

Les lauréats du Trophée 2011 des villes électromobiles seront annoncés lors du salon des Maires à Paris, en novembre prochain. Les candidats seront jugés sur leurs politiques publiques et les dispositifs d’incitation mis en place pour l’acquisition et l’utilisation des véhicules électriques.

L’importance des flottes publiques de véhicules électriques et les transports en commun durables seront examinés. Les projets de mobilité alternative auront aussi leur importance : véhicules en libre-service (autopartage), déploiement d’infrastructures de bornes de recharge, plateformes de livraison de marchandises, etc. Enfin, l’engagement des villes en matière de communication sur la mobilité durable sera analysé (événements, expositions, etc.). Ces critères de sélection sont les mêmes que ceux de l’édition 2010 et indexés au nombre d’habitants.

Un club d’animation en gestation

Avec cette deuxième édition, l’Avere veut transformer l’essai de ses Trophées 2010 et devenir un peu plus un catalyseur de la mobilité électrique en France. L’association est présente sur tout l’écosystème du marché (collectivités et entreprises / véhicules, vélos, bus, camions, bateaux, auto-partage, locations, batteries, bornes de recharge…).

« Nous sommes en train de finaliser nos réflexions sur une animation qui pourrait prendre la forme d’un club des villes électromobiles par exemple, où l’accent serait mis sur des groupes de travail, sur les retours d’expérience, le partage d’information,… L’objectif est notamment d’aiguillonner les réflexions des collectivités afin qu’elles incorporent les process de mobilité durable », a précisé à GreenUnivers Charlotte de Silguy, secrétaire générale de l’Avere.