Les box énergie s’allient aux box Internet : la bataille du smart home s’ouvre

Print Friendly, PDF & Email

Le mariage tant annoncé entre les réseaux de communication et les réseaux d’énergie prend une tournure très concrète dans l’habitat avec Bouygues Telecom (communication, Internet) et Ijenko (plateforme de gestion énergétique, domotique). Alors que le premier est actionnaire du second, via le fonds Bouygues Telecom Initiatives, les deux acteurs lancent sur le marché un « service de pilotage, de maîtrise de l’énergie et de protection du foyer ».

Une offre possible grâce à une box énergie associée à la box Internet de Bouygues Telecom (la Bbox). C’est le premier boîtier d’énergie commercialisé avec une box Internet en France. Bouygues Telecom utilise la plateforme d’Ijenko en marque blanche et a la main sur l’ensemble du package commercial. La concurrence ne devrait pas se laisser faire et SFR, Orange ou Free pourraient aussi entrer sur le marché du « home energy management » (ou smart home). Un secteur qui passera de 1 million d’utilisateurs dans le monde en 2011 à 63 millions en 2020, selon les dernières prévisions de l’institut Pike Research. En France, le marché représente potentiellement plus de 25 millions de foyers.

La domination des FAI aussi dans l’énergie ?

L’offensive de Bouygues Telecom est lourde de conséquences pour les opérateurs d’énergie traditionnels : elle annonce l’arrivée des fournisseurs d’accès à Internet (FAI) sur leur marché avec la promesse de développer des services énergétiques au même titre que des services numériques. Pour ne pas se faire court-circuiter, EDF travaille d’ailleurs déjà sur une offre concurrente avec sa filiale Edelia, qui teste auprès d’un panel de foyers un service de gestion énergétique associé à une box domestique avec un abonnement mensuel.

Dans l’habitat d’aujourd’hui, les box Internet sont devenues indispensables. Seule porte d’entrée d’Internet à la maison, leur rôle a évolué à vitesse grand V : la téléphonie fixe et Internet, puis la télévision (offre triple play), ensuite la téléphonie mobile (offre quadri play), et maintenant… l’énergie  et la domotique (offre quintuple play, selon Bouygues Telecom*) ! De fait, avec un package tout en un, les FAI veulent devenir incontournables dans la maison ultra-connectée du futur, censée être aussi efficiente en énergie.

Abonnement mensuel

En échange d’un abonnement mensuel, Bouygues Telecom propose deux solutions à ses clients Bbox. Un pack dit « classique », à 4,90€/mois, composé d’une « box énergie » à connecter à la Bbox, d’un capteur de mesure à installer sur son compteur électrique, et de trois prises intelligentes à brancher sur des appareils électriques. Ce service permet de commander à distance les appareils connectés et de suivre leur consommation énergétique en temps réel. Un autre pack, baptisé « confort », à 9,90 €/mois, offre en plus du pack classique la possibilité de surveiller son domicile à distance grâce à un capteur d’humidité, un détecteur de mouvement et un détecteur d’ouverture et de fermeture de portes.

Dans ce schéma, la box d’énergie joue à la fois le rôle d’aspirateur d’informations énergétiques et numériques et de relais pour des actions ciblées (effacement, domotique et autres actions de demande-réponse). Le tout est piloté par une plateforme logicielle, accessible via Internet (ordinateur, tablette, smartphone).

Guerre en vue sur les box énergie

Preuve de l’importance stratégique du marché du smart home, EDF a déjà commencé à se battre avec la société Voltalis, une entreprise de plus en plus ambitieuse sur le marché de la gestion de l’énergie dans le bâtiment. Cette dernière a remporté une victoire devant le Conseil d’Etat face à EDF pour  ses services d’effacement. Avec sa box installée chez ses adhérents, Voltalis émerge aussi comme un opérateur électrique de poids sur le marché du « home energy management ».

Mais le secteur ne fait que s’éveiller et d’autres entreprises pourraient créer la surprise, comme le futur groupe d’Eric Berthaud, ancien président de la société Watteco. Eric Berthaud est ambitieux sur le smart home et entend conjuguer l’informatique, les télécoms et les réseaux d’énergie. A partir d’une même plateforme, il veut surfer sur plusieurs marchés, comme la gestion de la consommation d’énergie, la domotique et l’e-santé.

Les fans de sciences-fiction pourraient voir dans toutes ces initiatives l’émergence d’un système informatique centralisé gérant de manière intelligente la maison, première étape avant l’arrivée d’une plateforme d’intelligence artificielle bien plus sophistiquée. Qui aujourd’hui n’a pas de box Internet à la maison ? Sera-t-il possible demain de ne pas avoir de box énergie ?

Alexandre Simonnet

*Il n’y a pas encore de consensus sur le terme quintuple play, utilisé aujourd’hui par différents opérateurs pour nommer des services différents.