Éolien offshore en France : coup d’envoi le …11 juillet 2011 !

Print Friendly, PDF & Email
© 2011 by Siemens AG. All rights reserved.

Le Jour J de l’éolien offshore français devrait être finalement ce lundi 11 juillet. Après des mois d’attente, dixit la ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet, c’est lundi que sera publié l’appel d’offres pour le développement de 3.000 MW sur 5 sites au large des côtes de l’Atlantique et de la Manche.

Et mardi 12 le texte sera présenté à Paris par la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC).  Pour ce marché d’un total de 10 milliard d’euros, trois consortiums sont déjà en lice : EDF EN/Alstom/Dong Energy, GDF Suez/Areva/Vinci et Iberdrola/Areva.

« Le cahier des charges, qui a été mis en consultation auprès des parties prenantes, va être arrêté par le Ministre chargé de l’énergie et l’appel d’offre sera publié au Journal officiel de l’Union européenne dans les tous prochains jours », précise le ministère de l’Environnement.

Même si peu de surprises sont à attendre par rapport au projet initial de cahier des charges, plusieurs points devront être scrutés. C’est le cas de la clause concernant le prix de l’électricité que devront proposer les candidats, notamment l’existence éventuelle d’un plafond de prix pour chaque lot.

Autre précisions attendues, le calendrier de construction et d’installations des parcs et les obligations industrielles. Deux critères qui influenceront la stratégie des turbiniers comme Areva Wind et Alstom Wind, qui veulent créer des usines en France.

Ces dernières semaines, plusieurs consortiums ont déjà déclarés qu’ils déposeraient une offre sur tout ou partie des 5 zones, dont voici le détail, recensé par GreenUnivers :

– Le Tréport (Seine-Maritime, 750 MW) :

  • Consortium Alstom / EDF EN / Dong Energy
  • Consortium Areva / GDF Suez (La Compagnie du Vent) / Vinci

– Fécamp (Seine-Maritime, 500 MW)

  • Consortium  Alstom / EDF EN / Dong Energy / WPD Offshore
  • Consortium Areva / GDF Suez (Maïa EolMer) / Vinci

– Courseulles-sur-Mer (Calvados, 500 MW)

  • Consortium  Alstom / EDF EN/ Dong Energy / Poweo Energies Renouvelables / WPD Offshore
  • Consortium Areva / GDF Suez (Maïa EolMer) / Vinci

– Saint-Brieuc (Côtes d’Armor, 500 MW)

  • Consortium Alstom / EDF EN/ Dong Energy/ Nass&Wind Offshore / Poweo Energies Renouvelables
  • Consortium Areva / Iberdrola

– Saint-Nazaire (Loire-Atlantique, 750 MW)

  • Consortium Alstom / EDF EN/ Dong Energy/ Nass&Wind Offshore
  • Consortium Areva / Iberdrola

D’autres acteurs, comme l’alliance française Neoen / CDC, le groupe britannique RES ou portugais EDP Renovaveis, et des turbiniers comme Vestas ou Siemens ne se sont pas encore déclarés officiellement et pourraient créer la surprise.

Cet énorme chantier industriel est aussi une compétition entre ports, sites incontournables où seront assemblées les éoliennes géantes. Sur ce sujet voir notre dossier :

Eolien en mer – Les ports (1) : Bordeaux lance un appel à candidatures aux industriels

Eolien en mer – Les ports (2) : Le Havre met deux scénarios sur la table

Article précédentAvec Greendustry, l’Ile-de-France pousse ses éco-filières (Premium)
Article suivantPhilips rachète Indal, spécialiste espagnol des LED à usage professionnel (Premium)

Comments are closed.