Nantes/Saint-Nazaire se rêve en vallée technologique des micro-algues

Print Friendly, PDF & Email
©GEPEA

La région de Nantes/Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) ne se concentre pas uniquement sur le marché éolien offshore. Ce territoire veut aussi être en pointe dans les bio-énergies tirées des micro-algues. Un marché qui sort peu à peu de l’ombre, à l’image du carton réalisé par Solazyme en Bourse aux Etats-Unis, il y a quelques jours. Si les débouchés des micro-algues se cantonnent actuellement à la cosmétique et à la nutrition, le potentiel est très prometteur dans les bioénergies. Le secteur fait néanmoins face à de nombreux défis technologiques pour arriver à un biocarburant algal rentable, produit en masse. L’émergence d’un véritable marché commercial n’est pas prévu avant 2020. En attendant, la région de Saint-Nazaire cherche à monter un pôle mondial sur les micro-algues. Un enjeu pour de nombreux acteurs.

Un technocampus des micro-algues avec Défi-μalgues ?

Pour répondre à ce challenge, ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.