Un président pour le nouveau pôle énergie renouvelable d’Alstom

Print Friendly, PDF & Email

Jérôme Pécresse va prendre la tête du nouveau secteur énergie renouvelable d’Alstom à partir du 4 juillet prochain. Il rejoint le groupe à l’occasion d’une réorganisation des activités opérationnelles annoncée par le PDG, Patrick Kron.

Les trois pôles actuels (énergie, transport et réseau) vont être partagés en quatre secteurs. Si les pôles transport et réseau ne changent pas, l’énergie est scindée en deux ensembles : d’un côté, l’activité énergie thermique (gaz, vapeur, nucléaire, automation…) qui sera dirigée par Philippe Cochet et de l’autre, l’énergie renouvelable, confiée à Jérôme Pécresse.

Ce polytechnicien ingénieur du corps des Ponts & Chaussées a d’abord occupé plusieurs postes au sein de Crédit Suisse First Boston. En 1998, il rejoint le groupe Imerys, spécialiste de la production et de la transformation des minéraux industriels, qui est alors dirigé par… Patrick Kron. Recruté comme responsable stratégie et développement, il est ensuite nommé directeur finance & stratégie avant de prendre la direction de la branche minéraux pour céramiques, réfractaires, abrasifs et fonderie. Il était directeur général délégué de l’entreprise depuis 2008. Il est par ailleurs le mari de Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Chez Alstom, ce quadra va présider un secteur énergie renouvelable encore jeune (environ 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires sur l’exercice 2010/11 contre 9 milliards pour le pôle énergie thermique, et 10 000 salariés) mais en plein essor. Il couvre les activités hydro, éolien et autres renouvelables. Dans l’éolien, l’industriel est un acteur récent – sur le marché depuis 2007 – mais ambitieux : il veut intégrer le Top 10 des fabricants mondiaux. Présent dans le terrestre, il se positionne aussi sur l’offshore. Il est candidat au prochain appel d’offres français pour l’installation de 3 GW au large des côtes dans l’un deux deux grands consortiums constitués à ce jour au côté d’EDF EN. Et il espère bien décrocher au moins 1 GW…

Article précédentGM et Kleiner croient au bus électrique de Proterra (Premium)
Article suivantEDF EN fonce dans le solaire aux USA : 130 MW (Premium)

Comments are closed.