Une alliance d’industriels pour promouvoir les réseaux d’eau intelligents

Print Friendly, PDF & Email

Après le smart grid (réseaux d’électricité intelligents), le marché de la « smart water » attire nombre d’industriels, dont le groupe informatique IBM. Plusieurs d’entre eux ont constitué il y a quelques semaines une alliance mondiale, le Smart water netwoks (Swan) pour favoriser son développement. Parmi eux, le français Schneider Electric, déjà très présent dans le domaine de l’efficacité énergétique et qui se positionne sur le segment des solutions pour le pompage et le traitement des eaux.

Les membres de Swan veulent promouvoir un traitement optimal des données recueillies par les distributeurs et gestionnaires des réseaux d’eau pour améliorer l’efficacité des réseaux. Dix-sept entreprises font déjà partie de l’alliance. Outre Schneider Electric, les fondateurs sont Derceto, Echologics (division de Mueller Water), i2O Water, TaKaDu et Telvent. D’autres, dont les français Veolia et Suez Environnement, participent aux travaux de cette nouvelle alliance, qui vient de réunir son premier forum à Paris, au siège de Schneider Electric, hier et aujourd’hui.

Le marché de la smart water est aujourd’hui très prometteur compte tenu de la nécessité de mieux gérer la ressource en eau sur le plan mondial alors que les pertes dans les réseaux de distribution sont gigantesques : jusqu’à 50% dans les pays émergents et 20% dans les pays industrialisés. IBM évalue le marché de la smart water à plus de 20 milliards de dollars d’ici à 15 ans.

Le seul segment des compteurs d’eau pourrait bénéficier d’une forte croissance : en 2016, près d’un nouveau compteur à eau installé sur trois sera « intelligent », selon une étude du cabinet américain Pike Research.

Pour en savoir plus sur le réseau Swan : site du réseau.