Grande-Bretagne, Allemagne et Chine leaders de l’éolien offshore en 2017 (étude)

Print Friendly, PDF & Email

Selon Pike Research, même si les Etats-Unis et la Chine commencent à se lancer sur ce créneau, l’Europe garde pour l’instant un net leadership dans les projets éoliens offshore mondiaux, non seulement en puissance installée mais aussi parce que les premières entreprises du secteur sont européennes, d’où un savoir-faire qui donne à l’Europe une longueur d’avance.

Les législations européennes obligeant les Etats-membres à atteindre 20% d’énergies renouvelables pour 2020 sont aussi un moteur essentiel.

Pike estime que  la puissance éolienne offshore au niveau mondial passera de 4,1 GW en 2011 à 70,1 GW en 2017.

Notamment la Grande-Bretagne a approuvé au total 49 GW de projets offshore, représentant un investissement de 10 milliards de dollars. Pike Research prévoit que 12 GW d’éolien offshore seront opérationnels et reliés au réseau en 2017, avec un chiffre d’affaires dans ce secteur de 4,5 mds $ à cette date.

Autre marché européen clé, l’Allemagne, qui a accéléré ses projets et bénéficiera de la politique d’installation de réseaux de transmission la plus volontariste du continent. Pour 2017, elle devrait être pratiquement à égalité avec la Grande-Bretagne, autour de 12 GW installés. L’Agence allemande des investissements étrangers vient d’ailleurs d’annoncer que le pays préparait une « autoroute de l’électricité » pour transporter l’énergie de ses futurs parcs offshore.

Mais pour 2017, la Chine devrait avoir pratiquement rattrapé les deux leaders européens : d’ici à 2020, Pékin vise 15% d’énergies renouvelables et prépare déjà 51 GW de projets éoliens offshore, dont 11,7 GW seront installés et reliés au réseau en 2017, selon Pike.

La France, elle, prévoit pour l’instant un appel d’offres de 6 GW, dont la première tranche de 3 GW doit être lancée début juin.